Le petit-fils de Nelson Mandela, Zwelivelile Mandela, militant de l’ANC et membre du parlement africain, a démenti avant-hier les « allégations marocaines » selon lesquelles les autorités sud-africaines étaient sur le point d’adopter une nouvelle position sur le conflit du Sahara occidental.

Dans un long discours, le petit-fils de Nelson Mandela a rassuré les Sahraouis et militants des droits de l’Homme venus participer à la 6e conférence de soutien au peuple sahraoui sur la « position constante » de l’ANC et des autorités à Pretoria. « On vous assure que l’ANC et le gouvernement sud-africain feront de leur mieux pour que votre combat réussisse. L’ANC a toujours condamné le retrait de la Minurso des territoires occupés », a-t-il déclaré. « L’ANC appuie les efforts de l’ONU pour atteindre la paix dans la région. Le parti, a-t-il ajouté, est engagé à ce que le référendum d’autodétermination puisse avoir lieu et permettre au peuple sahraoui de jouir de son droit. » « L’ANC exprime sa solidarité aux Sahraouis et à son seul représentant légitime qui est le Polisario et la Rasd». Dans ce sens, M. Mandela interpelle, au nom de son parti, le Maroc à ce qu’il « cesse ses pratiques d’apartheid et détruise le mur de la honte qui sépare le Sahara occidental». Pour lui, l’adhésion du Maroc à l’UA ne devrait pas neutraliser l’institution panafricaine, mais plutôt la « renforcer » davantage. « L’adhésion du Maroc après une défection de trois décennies ne devrait pas réduire notre appui à la cause sahraouie. Au contraire, j’appelle à ce que tous les mouvements soutiennent ce peuple qui défend une cause juste. ». Il poursuit :« L’Afrique a besoin de son unité et elle ne s’arrêtera pas jusqu’à ce que le Sahara occidental obtienne son indépendance.» «L’Afrique ne sera totalement libérée qu’une fois le Sahara occidental libéré », a-t-il martelé. «J’appelle tous les pays qui soutiennent le peuple sahraoui à apporter une solution africaine au dossier sahraoui», a-t-il conclu son discours.