L’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi-Ouzou s’apprête à mettre le paquet pour accélérer les démarches de la création et la viabilisation de la zone industrielle de Souamâa qui n’arrive toujours pas à voir le jour. Cette zone, qui contribuera au développement industriel de la wilaya, est à la traîne au niveau local.

C’est l’une des assurances faites par le président de l’APW, Youcef Aouchiche, lors d’une séance de travail qui l’a regroupé avec les représentants des comités de village de la commune de Souamâa, les représentants des autorités locales et l’association des expropriés des terrains retenus pour la réalisation de ce mégaprojet qui a eu lieu au niveau de l’APC de Souamâa. « L’objectif de cette réunion regroupant les différents acteurs impliqués dans la réalisation de cette zone est de trouver un compromis et une entente consensuelle qui arrange tout le monde pour entamer les démarches de la viabilisation de cette zone », dira le P/APW. Ce dernier a constaté, avec satisfaction, lors de ses entrevues avec ces acteurs, qu’il existe une certaine adhésion de la population locale pour la concrétisation de ce projet. « Il existe certaines oppositions émanant des expropriés des terrains retenus pour la réalisation de cette zone qui réclament leur indemnisation et la définition de la nature juridique de ces terrains qui leur appartiennent. « Nous sommes censés trouver une solution qui arrange toutes les parties que ce soit ces propriétaires terriens ou bien l’administration dans l’objectif de concrétiser ce projet d’intérêt public », a-t-il réitéré. Le P/APW est revenu sur les prérogatives de cette zone sur le plan économique pour la région qui lui permettra de sortir de son marasme et le blocage industriel dans lequel elle patauge.
« Il faut traiter ce dossier avec célérité puisque cette zone permettra de créer pas moins de 50 000 emplois directs ». D’une superficie de plus de 300 hectares, cette zone industrielle figure parmi les projets prometteurs pour le développement de l’économie locale qui devra absorber le chômage de tout une région.

Les propriétaires disposés à lever leurs oppositions sous condition
De leur côté, les propriétaires terriens se sont montrés prédisposés à lever leurs oppositions, mais à la seule condition que la direction des Domaines lève la main sur l’assiette dégagée pour la réalisation de cette zone et que les services du cadastre poursuivent leur travail visant à cadastrer ces lots de terrain à leurs propriétaires pour régulariser leurs démarches juridiques de leurs terres qui leur permettront d’acquérir des possessions. D’après-eux, cette assiette appartient aux propriétaires et n’est pas un bien domanial, c’est le cri de détresse qui a été lancé par le président de l’association des propriétaires terriens, Akli Bousnadji. « Je dirais que la réunion est prometteuse pour trouver une solution à ce projet que nous attendons avec impatience. Mais à la condition que le foncier de ces terrains soient cadastrés ».