Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Benatou Ziane, a affirmé dimanche que l’Algérie œuvrait à opérer une transition énergétique “sûre et fluide”, fondée sur les principes d’efficacité économique et la diversification des ressources.

La déclaration de M. Ziane est intervenue lors d’une rencontre organisée à Alger par la Confédération algérienne du patronat (CAP) et consacrée à la présentation d’une étude réalisée par l’organisation sur “Les enjeux énergétiques du 3e millénaire et les défis de la sécurité énergétique de l’Algérie”.

Le ministre a souligné, dans ce sens, que la transition énergétique escomptée “est un changement structurel qui concerne plusieurs secteurs, vers un mixe énergétique fluide de cohérence systémique, de fiabilité structurelle, d’acceptabilité sociale, d’efficacité économique et à haute valeur ajoutée et durable”.

Dans cette optique, le ministère œuvre à concrétiser une transition énergétique “sûre, fluide, rentable et durable, fondée sur un plus grand apport des énergies renouvelables, du capital national résidant et adaptée aux spécificités nationales”, ajoute le ministre. Cependant, a-t-il poursuivi, cette transition énergétique exige “une mutation sociétale”, favorable à des changements “profonds et substantiels” dans les modes de consommation positifs et responsables, et l’instauration de bonnes pratiques dans le mode de vie et la prospérité socio-économique”.

Le ministre a réitéré, dans ce sens, l’attachement de l’Algérie à garantir sa sécurité énergétique sur le long termes à travers la création d’un nouveau modèle à même de lutter contre les défis auxquels fait face le pays en raison des mutations structurels effrénés sur la scène énergétique mondiale.

Selon M. Ziane, le nouveau modèle énergétique doit reposer sur le principe de diversification des sources d’énergie, des technologies des transports, des modes de financement et des partenaires internationaux, outre la diversification des marchés.

Le ministre a souligné que “cet effort n’était pas le fruit de la crise actuelle”, car le plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme présidentiel porte sur “la priorité de garantir la sécurité énergétique du pays en répondant à la demande nationale sur le long termes”, et ce, à travers plusieurs axes, en tête desquels le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, outre la production de l’hydrogène vert”.

A ce propos, M. Ziane a précisé que son département ministériel œuvrait à l’élaboration d’une loi sur la transition énergétique afin d’appuyer cette mutation dans ses différents aspects.