Les rebelles Houthis au Yémen ont condamné lundi leur désignation comme groupe «terroriste» par l’administration américaine sortante du président Donald Trump et ont dit se réserver le droit d’y riposter. «Les Américains sont à l’origine du terrorisme. La politique et les actions de l’administration Trump sont du terrorisme aussi. Ses politiques reflètent une pensée en crise et sont condamnables et nous avons le droit d’y riposter», a déclaré sur Twitter un haut responsable des rebelles, Mohamed Ali al-Houthi. «Le peuple yéménite n’a que faire de toute désignation de l’administration Trump du moment qu’elle est complice dans le meurtre de Yéménites», a-t-il ajouté. Le gouvernement américain de Donald Trump a annoncé dimanche, à dix jours de la fin de son mandat, qu’il allait inscrire les rebelles Houthis sur sa liste noire des groupes «terroristes», ce qui risque selon les organisations internationales d’aggraver la crise humanitaire. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a expliqué qu’il notifierait le Congrès de cette décision afin de renforcer la «dissuasion contre les activités néfastes du régime iranien», soutien du groupe rebelle yéménite face au gouvernement appuyé par une coalition menée par l’Arabie saoudite, pays allié de Washington. Trois chefs des Houthis sont également inscrits sur la liste noire, dont leur dirigeant Abdel Malek al-Houthi. n