Le prix de la baguette de pain s’était stabilisé lundi à 10 DA dans les wilayas du Centre du pays, exception faite de celle de Bouira où nombre de boulangers ont décidé d’une hausse à 15 DA la baguette avant de l’annuler, dimanche, suite à l’engagement de poursuites judiciaires à leur encontre.

« Aucune hausse du prix de la baguette de pain n’a été enregistrée à Blida », a assuré, à ce propos un responsable auprès de la direction du commerce de la wilaya, Lhadi Bouzekar.
Un fait constaté par l’APS, lors d’une tournée dans nombre de boulangeries, dont les propriétaires ont néanmoins exprimé leur refus des prix actuels, à l’origine, selon eux, d’un recul de leur marge de gain.
Un boulanger ayant pignon sur rue à Blida a expliqué à l’APS avoir gardé le prix habituel de la baguette pour éviter des poursuites judiciaires, assurant néanmoins que si le prix actuel de la baguette est maintenu, il sera obligé, avec de nombreux de ses collègues boulangers, de baisser rideaux.
Une décision soutenue par son collègue, Mohamed, qui exerce ce métier depuis 20 ans, qui a soutenu qu’il est « insensé de garder le même prix d’il y a plusieurs années, en dépit des hausses survenues dans les cours des matières premières, du gaz, de l’électricité et des salaires des travailleurs », justifiant ainsi son appel à une hausse du prix de la baguette dans « les plus brefs délais » faute de quoi de nombreuses boulangeries sont menacées de faillite, a-t-il ajouté.
Dans la wilaya de Chlef, le prix du pain est stabilisé à 10 DA, selon le constat fait lundi par l’APS dans plusieurs boulangeries et commerces. Ce constat a été corroboré par le directeur du commerce de la wilaya, Nadjim Belledjna, dont les équipes de contrôle n’ont enregistré aucune hausse sur le terrain, a-t-il assuré, signalant que ses services ont pris l’initiative, après avoir eu vent des hausses du prix du pain dans certaines wilayas, d’inviter les représentants des boulangers de la wilaya, afin de les sensibiliser sur l’importance de ce produit soutenu pour le citoyen modeste. Le responsable s’est, également, engagé auprès d’eux, à transmettre aux parties compétentes leurs préoccupations inhérentes à la hausse des prix de la levure et des frais de l’électricité et du gaz tout en gardant les portes du dialogue ouvertes à travers notamment la programmation d’une rencontre mensuelle, avec les professionnels du secteur, afin de débattre de leur situation, a-t-il assuré .
Par ailleurs, une quarantaine de boulangers de la wilaya de Bouira ont décidé, en début de semaine, d’une hausse du prix de la baguette à 15 DA, avant de l’annuler dimanche suite à l’engagement de poursuites judiciaires à leur encontre, selon le chargé du service de contrôle des pratiques commerciales de la direction du commerce de la wilaya, Mustapha Mihoubi, qui a signalé, lundi, l’annulation de ces poursuites.
A Tizi-Ouzou, des boulangers ont lancé un appel à une grève pour demander au Gouvernement de trouver des solutions au prix du pain qu’ils «produisent à perte», selon leur propos. L’appel a été notamment suivi au chef-lieu de wilaya et dans les communes de Draâ Ben Khedda, Tadmait, Azazga, Bouzguene et Azeffoun, a-t-on appris de la direction locale du Commerce. Cette même direction, qui a réagi dès vendredi dernier à cette augmentation illégale de 50% du prix du pain subventionné, a dressé plus de 70 P-V, qui ont été transmis à la justice avec des propositions de fermeture allant de 30 à 60 jours.
Aucune hausse du prix de la baguette de pain n’a été, par ailleurs, enregistrée dans les wilayas de Tipasa, Djelfa, Médéa, Aïn Defla, Boumerdès et Béjaïa.
Depuis Biskra où il effectuait une visite de travail samedi, le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, avait assuré qu’aucune hausse du prix du pain n’a été pour l’heure décidée par les pouvoirs publics, affirmant que l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) «n’a pas initié cette hausse». «Un dossier relatif au prix du pain est actuellement à l’étude au niveau du gouvernement, afin de trouver une solution pour éviter de recourir à une augmentation du prix», a-t-il fait savoir, signalant que des « contacts permanents » sont entretenus avec l’UGCAA pour trouver des solutions adéquates au problème relatif à la tarification du pain sans passer par une augmentation du prix.