Le détenu Walid Kechida a quitté hier la prison à la faveur du verdict en appel, rendu par le Tribunal de Sétif, qui l’a condamné à une année de prison dont 6 mois avec sursis, alors qu’il a passé neuf mois en détention préventive.
Poursuivi pour «outrage à corps constitué, atteinte à la personne du Président, atteinte à la force publique dans l’exercice de ses fonctions et dénigrement du dogme et préceptes de l’islam», Walid Kechida a eu un réquisitoire lourd d’une peine de 3 ans de prison ferme, étant mis sous mandat de dépôt depuis le 27 avril 2020.
En première instance, le Parquet avait requis, le 21 décembre, une peine de 5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 500 000 DA, décriée par le collectif d’avocats du détenu, créateur de la page Facebook «Hirak Mèmes».
Par ailleurs, à Relizane, le verdict attendu concernant 19 manifestants a été renvoyé au 28 février, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui rappelle que le Parquet a requis 8 mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA à l’encontre des accusés lors du procès qui a eu lieu le 10 janvier 2021. Pour rappel, les 19 personnes ont été auditionnées le 21 septembre 2020 par le juge d’instruction du Tribunal de Relizane.
A Tizi Ouzou, le procès en appel de Sofiane Nechak, Hakim Amirou, Tarik Zehraoui, Merzouk Ouared et Mohamdia Salah Eddine a été renvoyé au 7 mars prochain alors qu’il était initialement programmé pour la journée d’hier.