Il fait 12 °C en cette matinée du mercredi 26 octobre à Los Angeles. Je me dirige d’un pas alerte vers le Palais des congrès, situé dans le centre-ville de Los Angeles où se déroule le 97e Congrès annuel de la Société américaine de génétique humaine (ASHG).

Farid Cherbal, Professeur en génétique du cancer, USTHB, Alger
Le Palais des congrès a été bâti par l’architecte Charles Luckman en 1971. Il est situé entre le boulevard Pico et la rue Figueroa.
Palais des congrès de Los-Angeles,

26 octobre, 8H
Le service de sécurité vérifie strictement le port des badges officiels du congrès à l’entrée du bâtiment. On me dirige poliment vers le service qui délivre les badges. Après avoir scanné mon certificat de vaccination contre la Covid-19 et mon invitation officielle, une employée très courtoise me remet mon sésame pour assister au congrès.
La reprise en présentiel du congrès annuel de l’ASHG est un évènement scientifique majeur. Six mille chercheurs en génétique humaine, venus du monde entier, sont attendus cette année. Le protocole sanitaire contre la Covid-19 est respecté, un grand nombre de participants au congrès portent un masque N95.

Los-Angeles, quartier de La Brea–Avenue, Nord Hollywood, 26 octobre, 20H
La vie sociale et politique en Amérique est dominée actuellement par les élections de mi-mandat qui auront lieu le 8 novembre. Selon le New York Times, l’ancien président Barack Obama s’est lancé dans la campagne électorale. Il va animer un meeting en Géorgie, le vendredi 28 octobre au soir, pour essayer d’aider les démocrates à dynamiser les électeurs et à reprendre de l’élan pour gagner des sièges au Sénat. Du côté du parti républicain, la popularité de l’ancien président Donald Trump est toujours au firmament. L’influence de l’ancien président sur le parti républicain est toujours très grande. Selon CNN, à moins de deux semaines des élections de mi-mandat de novembre, tous les signes pointent vers une forte présence républicaine qui entraînerait un changement de contrôle du parti à la Chambre et peut-être au Sénat.
Le président Donald Trump a organisé des rassemblements avec un grand nombre de candidats du parti Républicain. Il a commencé à diffuser des publicités au nom de ces candidats, occupant ainsi une place centrale dans la campagne électorale et la vie politique américaine.

Palais des congrès de Los-Angeles, 27 octobre, 8H30
J’assiste dans la grande salle des conférences «A» au symposium présidentiel de l’ASHG sur la génomique africaine. Le symposium a été présidé par le président actuel de l’ASHG, Dr Charles Rotimi, et du Dr Francis Collins, qui est un conseiller scientifique du président Joe Biden, au sein du bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison-Blanche. Le symposium a souligné les avancées majeures du continent africain qui est profondément dynamique et diversifié. Il a mis aussi l’accent sur les nouvelles orientations et les objectifs du leadership scientifique émergent dans les pays africains.
La question centrale qui se pose est : comment la génomique en Afrique peut-elle et va-t-elle se déployer ? Et quels sont les domaines prioritaires où doit se faire l’investissement ? Comment les pays africains vont-ils pouvoir acquérir la technologie génomique de dernière génération pour faire face aux défis de santé publique et économique et social du continent africain dans un proche avenir ?
Durant le congrès annuel 2022 de l’ASHG, en reconnaissance aux chercheurs africains travaillant dans le domaine de la génomique en Afrique, l’éditeur américain des journaux scientifiques Wiley a présenté une collection spéciale d’articles dans le domaine de la génomique africaine, qui ont été publiés au cours des trois dernières années, dans un certain nombre de revues appartenant à cet éditeur. Notre article sur la génétique du syndrome de Lynch dans la population algérienne, qui a été publié le 8 septembre 2022, dans un journal de l’éditeur Wiley, appelé Annals of Human Genetics, a été sélectionné dans cette collection spéciale consacrée à la génomique africaine. C’est vraiment une fierté et une superbe réalisation pour notre équipe de génétique moléculaire qui fait partie du Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire (LBCM) à l’USTHB (Alger).

Centre-ville de Los Angeles, vendredi 28 octobre , 16H30
Je cherche désespérément, pendant un long moment, un taxi pour rentrer dans le quartier d’Hollywood. La montée en puissance de la société de transport Uber est en train de faire disparaître les fameux taxis «yellow cab» dans la ville de Los Angeles. Les taxis traditionnels sont désormais une espèce en voie de disparition à Los Angeles.
Un autre personnage est en train lui de prendre le contrôle d’Internet et de l’information en ligne, c’est le milliardaire Elon Musk. En effet, Elon Musk est désormais le nouveau propriétaire de Twitter, donnant ainsi au milliardaire de Tesla le contrôle de l’un des mégaphones les plus puissants du monde. Tard, le jeudi soir 27 octobre, Musk a tweeté : «L’oiseau est libéré».
Plusieurs organes de presse ont rapporté, jeudi soir, qu’après des mois de querelles juridiques, Elon Musk avait conclu l’accord de 44 milliards de dollars et licencié de hauts dirigeants de Twitter, dont le PDG de la société, Parag Agrawal.
La Brea-Avenue, quartier d’Hollywood, Vendredi 28 octobre, 20H
Je lis la terrible nouvelle sur la première page de la version électronique du New York Times du vendredi 28 octobre : «Pelosi’s Husband Is Gravely Injured in Hammer Attack by an Intruder». Le mari de Madame Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la chambre des représentants du Congrès américain, est gravement blessé lors d’une attaque au marteau par un intrus. Selon le New York Times, aux petites heures du vendredi matin, l’intrus est entré par une porte arrière de la demeure de Mme Nancy Pelosi à
San Francisco, en criant : «Où est Nancy ?»
Mme Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre, était à des milliers de kilomètres à Washington, D.C., protégée par son service de sécurité, mais son mari, Paul Pelosi, 82 ans, était à la maison. Au moment où les policiers sont arrivés, ils ont trouvé l’agresseur et M. Pelosi en train de lutter pour le contrôle d’un marteau. L’intrus a ensuite retiré le marteau et «a violemment attaqué» M. Pelosi devant les policiers, a déclaré William Scott, chef de la police de San Francisco.
Il faut souligner que cette agression est survenue, alors que les menaces et la violence contre des personnalités politiques ont augmenté en Amérique, en particulier après l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole. «Ce n’était pas un acte au hasard», a déclaré le chef de la police de San Francisco William Scott. «C’était intentionnel.»