Le moins que l’on puisse dire est que la police à la wilaya de Constantine ne chôme pas. En effet, il ne se passe pas un jour sans que la cellule de communication de la Sûreté nationale de la wilaya de Constantine ne nous informe sur des arrestations de délinquants. Pour cette fois, ce sont deux cambrioleurs supposés, qui ont fait de nombreuses victimes au niveau du centre-ville du chef-lieu de wilaya, qui ont été arrêtés par les limiers de la 1re Sûreté urbaine. C’est suite à de nombreuses plaintes des victimes de vols de leurs commerces que l’enquête a débuté. Les magasins situés au quartier populaire R’cif et des rues adjacentes avaient reçu des visites de malfaisants qui ont emporté argent, vêtements pour femmes et hommes, caméras de surveillance (sic), bijoux et autres marchandises. L’enquête enclenchée par les éléments de la 1re Sûreté urbaine sera couronnée par l’arrestation d’un premier suspect au centre-ville. A bord de son véhicule, les enquêteurs découvriront les outils du parfait voyou : des psychotropes, une bombe lacrymogène, et une arme blanche prohibée. Après interrogatoire, un complice sera identifié et également arrêté au centre-ville, à un jet de pierres des lieux de ses forfaits. Une partie du butin sera récupérée et les deux mis en cause, âgés de 23 et 28 ans, ont été présentés devant le parquet local pour association de malfaiteurs, vols qualifiés commis de nuit et vol à la casse, possession de psychotropes et d’armes blanches prohibées. A Ali-Mendjeli, par contre, ce sont des voleurs de ferraille, plus précisément de couvercles de bouche d’égout qui ont été arrêtés en flagrant délit. On suspecte même que les deux éléments mis hors d’état de nuire écumaient également la ville de Constantine et commençaient leurs « récoltes » après avoir accompli la prière du Sobh ! Le véhicule utilitaire immatriculé dans une wilaya limitrophe servait à transporter « la marchandise » ett c’est suite à une signalisation des individus suspects, le 24 janvier dernier, au niveau de l’UV 17, que les policiers pisteront, puis arrêteront les malfaiteurs qui avaient déjà commis beaucoup de rapines. Les deux mis en cause, âgés de 28 ans, dont l’un repris de justice, ont été présentés après les formalités d’usage devant le procureur de la République pour association de malfaiteurs et vols commis de nuit. Enfin, un jeune homme de 20 ans a été confondu pour vente de psychotropes, après qu’un appel anonyme eu fait mention d’un individu suspect sur le campus universitaire qui s’adonnait à écouler des comprimés. Sur place, et avec l’aide des agents de sécurité de l’université centrale des Frères-Mentouri, le suspect sera arrêté avec 71 comprimés et une somme d’argent avoisinant les 10 000 Dinars, produit des ventes, suppose-t-on. Et tout comme les malfrats cités plus haut, le dealer répondra de ses méfaits après un passage chez le procureur de la République.
H. B.