Lors de sa visite, vendredi dernier à Alger, suite à une invitation de Kheireddine Zetchi, président de la FAF, M. Veron Mosengo-Omba, directeur régional Zone Afrique et Caraïbes de la division Associations membres de la FIFA, a déclaré que «le président de la Fifa a été charmé par le projet de Zetchi qui nous a laissé vraiment une bonne impression ».

Grosse surprise en lisant cette déclaration, car, du projet de Zetchi pour le football algérien, on n’a rien vu pour l’instant à l’exception de l’escalade de scandales.
Il est vrai que M. Veron Mosengo-Omba cite la construction de centres de formations dans notre pays. Cependant, force est de constater que ces projets ne sont qu’à l’étape de la prospection et d’études. Zetchi avait promis de « relancer véritablement le football algérien sur des bases bien solides » lorsqu’il avait succédé au président Mohamed Raouraoua, il y a tout juste une année. Le bilan d’une année d’exercice du président Zetchi et son bureau fédéral est bien négatif pour ne pas dire catastrophique dans la mesure où on note beaucoup plus de  « scandales » que de « tentatives » de réalisation d’un quelconque projet. La meilleure preuve est que tous les férus du football se demandent ce qui est advenu des recommandations du symposium organisé en grande pompe par Zetchi et ses collaborateurs l’année passée? A moins que le président de la Faf n’ait remis à la Fifa un « projet de développement » qu’on ignore ! L’hôte de la FAF,  M. Veron Mosengo-Omba, a bien déclaré que « concernant l’objet de ma visite, il s’agit d’une séance de travail avec à l’ordre du jour le programme de développement que compte initier la FAF à travers la construction de centres de formation dans les différentes régions du pays, décentraliser les compétences à travers l’Algérie. La Fifa est prête à accompagner la FAF dans ce projet financièrement et à travers des supports techniques ». Et si donc le projet de la FAF remis à la FIFA ne concerne que la construction des centres de formations, cela prête vraiment à rire !

La FIFA veut « accompagner la FAF »
En réalité, c’est ce qui ressort de cette déclaration de Monsieur Veron qui a tenu à rappeler qu’« au cours de l’entretien qu’a eu le président de la Faf avec Infantino, lors de sa visite au siège de la fifa, les deux hommes étaient sur la même longueur d’onde concernant le développement du football. Ils ont tissé des liens forts. Le président de la Fifa a été charmé par le projet de Zetchi qui nous a laissé vraiment bonne impression ». Veron Mosengo Omba a expliqué que l’instance mondiale était « prête à accompagner la FAF uniquement dans le développement du football et non pas dans des projets à caractère commercial ». Annuler le projet de la construction d’un hôtel préparé par l’ancien président de la FAF pour le substituer par quatre centres de formations à travers quatre régions du pays, constitue bien une erreur de gestion. Au fond, Zetchi et son bureau fédéral ne pouvaient-ils vraiment pas concrétiser les deux projets en même temps et gagner ainsi doublement ? Mais apparemment, le souci premier du président Zetchi est d’effacer simplement et purement toute trace de son prédécesseur. Et justement, il a passé une année entière à tenter de « détruire » les projets de Raouraoua tout en voyant à chaque problème qu’il rencontre avec ses collaborateurs la main de l’ancienne équipe dirigeante. Cela n’aide en rien pour avancer. Surtout quand on se rappelle que la Ligue de Football Professionnel (LFP), que gérait Mahfoud Kerbadj, le bras droit de Raouraoua, avait été dissoute sans pour autant être restructurée.