La pandémie atteint une gravité sans précédent en Inde, où les patients continuent de mourir par manque d’oxygène dans des hôpitaux saturés tandis que l’Europe relâche prudemment ses restrictions avec la réouverture lundi de terrasses en Italie, et le retour des écoliers en France. Partout dans le monde, les campagnes de vaccination tentent de dompter la pandémie de Covid-19 mais le processus se heurte à la propagation express du virus et à l’émergence de variants responsables de virulentes poussées épidémiques. En quelques jours, le variant «indien» a plongé le pays de 1,3 milliard d’habitants dans le chaos, entraînant l’annonce d’une aide d’urgence par plusieurs pays. L’Inde a enregistré dimanche un record mondial de près de 350.000 personnes contaminées en une seule journée. Dans la capitale New Delhi, des témoins décrivent des couloirs d’hôpitaux encombrés de lits et brancards et des familles suppliant en vain qu’on leur fournisse de l’oxygène ou une place pour leurs proches. Certains meurent au seuil de l’hôpital. «Les ravages du coronavirus se poursuivent et il n’y a pas de répit», a déploré le chef du gouvernement de Delhi Arvind Kejriwal. La capitale, l’agglomération indienne la plus touchée, est confinée pour une semaine supplémentaire. Avec plus de 192.000 morts, l’Inde figure au quatrième rang pour le nombre de décès. Les Etats-Unis ont annoncé dimanche qu’ils allaient envoyer «immédiatement» à l’Inde des composants pour la production de vaccins et des équipements médicaux. L’Union européenne, où la détection du variant «indien» en Belgique, en Suisse et en Grèce inquiète, a promis une «assistance». Même le Pakistan, son rival de toujours, a proposé des équipements médicaux. En Thaïlande, l’heure est aussi à l’inquiétude: le pays recense désormais au total 57.500 cas de coronavirus contre seulement 29.000 début avril, et de nouvelles restrictions ont été mises en place lundi. Hong Kong et Singapour ont en revanche annoncé lundi leur intention de lancer à compter du 26 mai une «bulle» aérienne permettant aux voyageurs des deux villes de ne pas effectuer de quarantaine à l’arrivée. Les Hongkongais souhaitant se rendre à Singapour devront avoir reçu deux doses de vaccin. Les voyageurs en provenance de Singapour, où le taux de vaccination est d’environ 20%, ne seront pas tenus d’être vaccinés mais devront présenter un test négatif avant leur départ et à l’arrivée. Les pays cherchent désespérément à relancer les voyages à l’étranger mais ce type de «bulles» a jusqu’à présent connu un succès limité. L’Union européenne a pour sa part annoncé lundi que les touristes américains vaccinés pourront voyager dans l’UE dans les prochains mois. Le virus a fait au moins 3.109.991 millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de son apparition fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi.
«Un peu d’air frais»
en Italie
Face à des opinions publiques de plus en plus rétives aux mesures réduisant leur liberté de circulation et leurs activités, certains gouvernements choisissent de désserrer l’étau avec prudence, lorsque la situation sanitaire montre quelque embellie. En Italie, le Premier ministre Mario Draghi a subi les pressions des dirigeants des régions et de manifestations réclamant un assouplissement des restrictions. L’Italie a ainsi rouvert lundi partiellement ses bars, restaurants et salles de spectacle. Bars et restaurants peuvent servir en terrasse, ainsi que le soir pour la première fois depuis six mois, même si le couvre-feu débutant à 22H00 reste en vigueur. Daniele Vespa, 26 ans, chef de salle au restaurant Baccano à Rome, ne cache pas sa joie: «C’est un début de retour à la normalité qui apporte un peu d’air frais». Les cinémas, théâtres et salles de concert peuvent aussi accueillir du public à hauteur de 50% de leurs capacités. M. Draghi a reconnu qu’il prenait un «risque calculé» alors que l’Italie continue d’enregistrer en moyenne plus de 300 morts chaque jour, même si les contagions et le nombre d’admissions en réanimation diminuent. L’Italie a perdu près d’un million d’emplois et subi une chute de son PIB de 8,9% en 2020. M. Draghi doit présenter lundi au parlement les détails de son plan de relance grâce aux prêts et subventions de l’Union européenne. En France, où le virus continue de circuler activement avec un nombre de personnes en réanimation supérieur à la deuxième vague épidémique, les enfants des plus petites classes ont repris le chemin de l’école lundi après trois semaines de fermeture de tous les établissements scolaires. Collégiens et lycéens devraient revenir à l’école le 3 mai, souvent en demi-jauge. Mais cette réouverture décidée par le président Emmanuel Macron suscite les critiques d’une partie du corps médical et les craintes d’enseignants. En Espagne, les fêtes de San Fermin à Pampelune, qui attirent en juillet des touristes du monde entier, ont été annulées pour la deuxième année consécutive. Sur le front de la vaccination, le cap du milliard de doses de vaccins contre le Covid, administrées dans 207 pays ou territoires, a été franchi ce week-end, selon un comptage de l’AFP à partir de sources officielles. n

Virus Gravité sans précédent en Inde, prudent relâchement en Europe

La pandémie atteint une gravité sans précédent en Inde, où les patients continuent de mourir par manque d’oxygène dans des hôpitaux saturés tandis que l’Europe relâche prudemment ses restrictions avec la réouverture lundi de terrasses en Italie, et le retour des écoliers en France. Partout dans le monde, les campagnes de vaccination tentent de dompter la pandémie de Covid-19 mais le processus se heurte à la propagation express du virus et à l’émergence de variants responsables de virulentes poussées épidémiques. En quelques jours, le variant «indien» a plongé le pays de 1,3 milliard d’habitants dans le chaos, entraînant l’annonce d’une aide d’urgence par plusieurs pays. L’Inde a enregistré dimanche un record mondial de près de 350.000 personnes contaminées en une seule journée. Dans la capitale New Delhi, des témoins décrivent des couloirs d’hôpitaux encombrés de lits et brancards et des familles suppliant en vain qu’on leur fournisse de l’oxygène ou une place pour leurs proches. Certains meurent au seuil de l’hôpital. «Les ravages du coronavirus se poursuivent et il n’y a pas de répit», a déploré le chef du gouvernement de Delhi Arvind Kejriwal. La capitale, l’agglomération indienne la plus touchée, est confinée pour une semaine supplémentaire. Avec plus de 192.000 morts, l’Inde figure au quatrième rang pour le nombre de décès. Les Etats-Unis ont annoncé dimanche qu’ils allaient envoyer «immédiatement» à l’Inde des composants pour la production de vaccins et des équipements médicaux. L’Union européenne, où la détection du variant «indien» en Belgique, en Suisse et en Grèce inquiète, a promis une «assistance». Même le Pakistan, son rival de toujours, a proposé des équipements médicaux. En Thaïlande, l’heure est aussi à l’inquiétude: le pays recense désormais au total 57.500 cas de coronavirus contre seulement 29.000 début avril, et de nouvelles restrictions ont été mises en place lundi. Hong Kong et Singapour ont en revanche annoncé lundi leur intention de lancer à compter du 26 mai une «bulle» aérienne permettant aux voyageurs des deux villes de ne pas effectuer de quarantaine à l’arrivée. Les Hongkongais souhaitant se rendre à Singapour devront avoir reçu deux doses de vaccin. Les voyageurs en provenance de Singapour, où le taux de vaccination est d’environ 20%, ne seront pas tenus d’être vaccinés mais devront présenter un test négatif avant leur départ et à l’arrivée. Les pays cherchent désespérément à relancer les voyages à l’étranger mais ce type de «bulles» a jusqu’à présent connu un succès limité. L’Union européenne a pour sa part annoncé lundi que les touristes américains vaccinés pourront voyager dans l’UE dans les prochains mois. Le virus a fait au moins 3.109.991 millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de son apparition fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi.
«Un peu d’air frais»
en Italie
Face à des opinions publiques de plus en plus rétives aux mesures réduisant leur liberté de circulation et leurs activités, certains gouvernements choisissent de désserrer l’étau avec prudence, lorsque la situation sanitaire montre quelque embellie. En Italie, le Premier ministre Mario Draghi a subi les pressions des dirigeants des régions et de manifestations réclamant un assouplissement des restrictions. L’Italie a ainsi rouvert lundi partiellement ses bars, restaurants et salles de spectacle. Bars et restaurants peuvent servir en terrasse, ainsi que le soir pour la première fois depuis six mois, même si le couvre-feu débutant à 22H00 reste en vigueur. Daniele Vespa, 26 ans, chef de salle au restaurant Baccano à Rome, ne cache pas sa joie: «C’est un début de retour à la normalité qui apporte un peu d’air frais». Les cinémas, théâtres et salles de concert peuvent aussi accueillir du public à hauteur de 50% de leurs capacités. M. Draghi a reconnu qu’il prenait un «risque calculé» alors que l’Italie continue d’enregistrer en moyenne plus de 300 morts chaque jour, même si les contagions et le nombre d’admissions en réanimation diminuent. L’Italie a perdu près d’un million d’emplois et subi une chute de son PIB de 8,9% en 2020. M. Draghi doit présenter lundi au parlement les détails de son plan de relance grâce aux prêts et subventions de l’Union européenne. En France, où le virus continue de circuler activement avec un nombre de personnes en réanimation supérieur à la deuxième vague épidémique, les enfants des plus petites classes ont repris le chemin de l’école lundi après trois semaines de fermeture de tous les établissements scolaires. Collégiens et lycéens devraient revenir à l’école le 3 mai, souvent en demi-jauge. Mais cette réouverture décidée par le président Emmanuel Macron suscite les critiques d’une partie du corps médical et les craintes d’enseignants. En Espagne, les fêtes de San Fermin à Pampelune, qui attirent en juillet des touristes du monde entier, ont été annulées pour la deuxième année consécutive. Sur le front de la vaccination, le cap du milliard de doses de vaccins contre le Covid, administrées dans 207 pays ou territoires, a été franchi ce week-end, selon un comptage de l’AFP à partir de sources officielles. n