Alors qu’elle devait initialement prendre fin ce 31 mars, la période de vente de la vignette automobile 2018 a été prolongée de 30 jours, c’est-à-dire jusqu’au 30 avril, a annoncé la Direction générale des impôts (DGI), ainsi que la direction générale d’Algérie poste.

Une décision qui rassurera sans doute les automobilistes qui ne se sont pas encore acquittés de ce document. Parmi ces derniers, nombreux sont ceux qui ne l’ont pas fait pour la raison traditionnelle qu’est devenue l’indisponibilité de certaines catégories de vignettes au niveau des points de vente, entre recettes des impôts et bureaux de poste. A ce propos, de nombreux automobilistes se sont plaints encore cette année, depuis l’ouverture de la vente de la vignette, le 1er mars 2018, de l’absence des catégories 1 000 et 1 500 DA dans les Recettes des impôts comme dans les bureaux de poste. L’initiative de la DGI n’est d’ailleurs pas une première du genre, puisque le prolongement du délai d’acquittement de la vignette automobile revient régulièrement ces dernières années pour permettre aux « retardataires » de se mettre en conformité avec la loi, au risque d’encourir des sanctions allant de la pénalité de retard majorée jusqu’à 100%.
« Cette disposition intervient à la suite de la prolongation de la période d’acquittement des vignettes automobiles jusqu’au 30 avril au lieu du 31 mars 2018 », explique la même source, ajoutant qu’Algérie Poste « œuvre, en étroite collaboration avec la Direction générale des impôts qui veille à doter les établissements postaux de vignettes nécessaires tout au long de la période légale de vente ».
L’expiration de la période normale d’acquittement, le paiement spontané de la vignette donne lieu à une majoration de 50%. Cette majoration est portée à 100% si l’infraction est constatée par les agents habilités visés à l’article 307 ci-après. En cas de destruction, de perte ou de vol de la vignette, un duplicata peut être délivré par l’organisme émetteur contre le paiement d’une taxe de 200 DA.
Le défaut d’apposition de la vignette sur le pare-brise entraîne le retrait immédiat de la carte d’immatriculation automobile contre un récépissé d’autorisation provisoire de circuler valable sept jours. La carte d’immatriculation n’est restituée au contrevenant, que sur justification du paiement de la vignette et de la majoration, ou dans le cas de non-apposition sur le pare- brise, d’une amende fiscale égale à 50% du montant de la vignette.
Pour rappel, le produit de la vignette automobile est affecté à raison de 20% au profit du Fonds national routier et autoroutier, 30% à la Caisse de solidarité et de garantie des Collectivités locales et 50% au budget de l’Etat.