La confirmation de deux nouveaux cas, porteurs du coronavirus, en Algérie incite à la vigilance à l’instar des autres pays du monde, notamment les Européens, nos voisins du Nord. Ces derniers, qui ont des systèmes de santé performants, semblent aujourd’hui en alerte générale, les activités regroupant un grand nombre de populations sont de plus en plus ajournées, comme les salons et autres manifestations culturelles. Certains championnats sportifs populaires pourraient même se dérouler désormais à huis clos afin d’éviter tout risque de propagation. Les mesures extrêmes prises par certains pays de par le monde sont le signe que l’inquiétude est généralisée. Mais l’appréhension devrait inciter à davantage de vigilance et non à une attitude d’affolement contreproductive. Il s’agit de ne pas succomber à la panique qui pourrait provoquer davantage de dégâts qu’un virus, toujours maintenu dans des proportions contrôlées. Dans nos contrées, où les services de santé ne brillent point par leur qualité, il faudrait faire preuve d’une double attention. Les réflexes d’hygiène basiques devraient être de mise. Ce serait déjà ça de gagné dans l’espace public. Des habitudes qui devraient rentrer définitivement dans nos mœurs. Il faut dès aujourd’hui appliquer des gestes simples qui sont actuellement diffusés par les services de santé du monde entier. Visiblement, nous n’en sommes qu’au tout début de ce combat qui oblige à une mobilisation générale. Pour l’instant, cette apparition mondiale de la maladie n’a pas provoqué de grandes modifications dans nos vies quotidiennes. Mais il faut déjà s’y préparer. C’est une éventualité à prendre en compte lorsqu’on regarde la situation dans d’autres pays comme l’Italie, l’Iran et la Corée du Sud. Le ministère de la Santé rassure que toutes les mesures sont prises pour empêcher tout processus épidémique. Il s’agit de se conformer aux mesures contingentes et attendre que le seuil de cette menace soit dépassé.