• Synthèse  Kahina Sidhoum

Les législateurs européens ont donné leur feu vert initial mardi 21 janvier à l’accord de libre-échange conclu avec le Vietnam, le pacte commercial le plus complet de ce bloc avec un pays en développement qui connait des niveaux de croissance performants et prometteurs. La Commission du commerce international du Parlement européen a adopté l’accord par 29 voix contre six, ouvrant la voie à un vote en plénière lors de sa réunion prévue le 10 février. L’accord pourra alors entrer en vigueur à titre provisoire.

L’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) est le deuxième accord de l’Union européenne avec un membre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), après Singapour, et l’un des rares avec un pays en développement. Ce pacte éliminera à terme 99% de tous les tarifs, bien que le Vietnam disposera d’une période de transition pouvant aller jusqu’à 10 ans pour certaines importations, comme les voitures. Il ouvrira les services du Vietnam, y compris les marchés postaux, bancaires et maritimes et des marchés publics, alignera certaines normes et protégera les aliments et les boissons de l’UE contre les imitations au Vietnam. Le Vietnam et l’UE ont également signé un Accord sur la protection des investissements (EVIPA) le 30 juin de l’année passée à Hanoï.


Les réformes économiques entreprises dans le pays commencent à donner de bons résultats en termes d’investissements et d’avantages comparatifs (Photo: D.R.)

Ces développements économiques importants  entre le Vietnam et l’UE interviennent alors que le pays a progressé de trois places dans l’Indice de l’innovation 2020 de Bloomberg avec 47,64 points sur 100, en hausse de 1,72 point par rapport au classement de l’année dernière.  Cette année, le pays a amélioré sa performance en « densité de haute technologie » de 3 points par rapport à l’année dernière et en «productivité » d’un point.

 En plus du Vietnam, trois autres pays de l’Asie du Sud-Est ont figuré dans ce classement de l’innovation, à savoir Singapour (3e), la Malaisie (27e) et la Thaïlande (40e).

Cette 8e  édition de l’indice Bloomberg de l’innovation analyse des dizaines de critères en utilisant sept paramètres, y compris les dépenses de recherche et développement (R&,D), la capacité de fabrication et la concentration d’entreprises publiques de haute technologie.

L’Allemagne a pris la première place, brisant la domination de la Corée du Sud pendant six années consécutives, tandis que les États-Unis ont régressé d’un cran à la 9e place.  Le processus de classement 2020 a commencé avec plus de 200 économies. Chacune a été notée sur une échelle de 0 à 100 points sur la base de sept catégories. Les pays qui n’ont pas communiqué de données pour au moins six catégories ont été éliminées, réduisant la liste à 105.

Lire également sur l’économie du Vietnam dans ses articles de la presse locale:

« Sur l’intégration »

« Le Vietnam préside à une réunion du Conseil d’administration de l’ASEAN-IPR »

« Le Vietnam s’affirme de plus en plus à l’international »

« Le rêve d’un « Vietnam puissant et prospère deviendra réalité » «