Le secrétaire général d’El Islah a animé, hier, une conférence de presse au siège national de son parti à Bir Mourad Raïs. A cette occasion, il a largement abordé les prochaines élections législatives, à commencer par le rôle prépondérant qui incombe à la Haute instance indépendante de surveillance des élections. « Cette instance de surveillance des élections doit jouer pleinement son rôle car c’est ce qui devra redonner à l’opération électorale toute sa crédibilité et son importance et qui constitue un prélude à la réussite de l’exercice de la politique dans notre pays», a-t-il d’entrée indiqué aux journalistes présents dans la salle. « Il faut que la Haute instance indépendante de surveillance des élections soit à la hauteur de la confiance et des aspirations fondées sur elle lors des prochaines échéances électorales », a-t-il encore plaidé. «Nous attendons des membres de cette instance qu’ils introduisent une nouvelle manière de traiter avec les élections et qu’ils œuvrent à rendre confiance aux larges catégories de la population pour les encourager à accomplir leur devoir électoral », soutient-il. A ses yeux, « il est possible que les prochaines élections législatives soient un point de départ pour un changement des mentalités et des pratiques ». Intervenant sur la situation politique du pays, le patron d’El Islah a plaidé en faveur d’un «consensus politique national soutenu par une large base populaire » pour, dit-il « renforcer le front interne et le dialogue entre tous les acteurs politiques afin de relever les défis et prendre en charge les revendications sociales ». Ainsi, pour le mouvement El-Islah, les prochaines échéances électorales sont à même de constituer «une entente nationale, voire une étape pour la consolidation des institutions de l’Etat, et l’ouverture d’un large dialogue social pour examiner toutes les préoccupations». M. Filali 

Ghouini a défendu l’idée de «la participation de tous les acteurs de la vie politique et sociale», citant, en exemple, «l’urgence de l’implication de tous les syndicats autonomes dans la tripartite prévue en mars prochain». Ajoutant que cette rencontre est à rejeter ou encore «elle perd de sa représentativité en l’absence des véritables partenaires». Evoquant la tragédie nationale, le conférencier a estimé que « nous avons tourné la page de manière définitive et sans possibilité d’un retour en arrière car nous en avons tiré les leçons et nous avons acquis une forte immunité en la matière, laquelle immunité s’ajoute à celle qu’on a un acquis contre tous les complots et les tentatives qui essayent d’entraîner l’Algérie dans des scénarios catastrophiques ».
Evoquant les dernières intempéries, le patron du mouvement El Islah a fortement salué les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP), de la Protection civile et l’ensemble des corps de sécurité qui ont participé à aider les citoyens à s’extraire de « situations difficiles ».