Oran, à l’instar des grandes villes, nécessite un réseau de vidéosurveillance, un élément primordial dans la lutte contre la criminalité. Dans ce cadre, le Centre de contrôle des caméras de surveillance a été mis en service, avant-hier, au niveau de la 10e Sûreté urbaine dans le quartier des Castors.

Notons qu’une centaine de caméras ont été installées dans les ruelles et avenues, avoisinant cette Sûreté urbaine, comme première étape de la concrétisation du projet des caméras de surveillance dans la capitale de l’Ouest. Ce projet à travers l’Ouest du pays est scindé en deux phases. La première concerne l’étude, qui a été finalisée dans les 12 wilayas, et la deuxième, qui est celle de la réalisation et qui se fait selon les moyens financiers disponibles. Ces caméras seront installées au chef-lieu de la wilaya, ainsi que les daïras de Bir El Djir et Es-Sénia. Ce projet est inscrit dans le cadre du programme de modernisation des moyens scientifiques et technologiques utilisés par la DGSN dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la criminalité. Dans le cadre de cette opération, des caméras de surveillance ont été installées, visant à renforcer le dispositif déjà existant et de répondre aux nouvelles exigences en matière de lutte contre la criminalité et la délinquance, en plus du contrôle de la sécurité routière. L’ensemble des quartiers populaires, des places publiques et des grands carrefours sont concernés par ce dispositif. Outre la lutte contre la criminalité, ces caméras de surveillance peuvent pister des véhicules, ayant forcé des barrages de sécurité ou qui se sont rendu coupables de délit de fuite après un accident de la circulation.
J. M.