Par Hamid Bellagha
Apparemment, et sauf rebondissement, c’est la décrue du nombre de contaminés. De 2 521 cas par jour, nous sommes passés à 1 300, tout en sachant que les chiffres sont à prendre avec des pincettes puisque ce ne sont pas tous
les contaminés qui sont répertoriés, loin de là.
Il faut donc crier victoire en sourdine car, un rebond est toujours possible. On crie victoire en sourdine car, la baisse des contaminations n’est nullement due à une campagne de vaccination boostée, encore moins à des applications soudaines des gestes barrières par la population. On crie victoire en sourdine car, la baisse des chiffres ne sera effective et réelle qu’après une semaine de diminutions successives assortie à une période de confirmation de quinze jours. C’est dire qu’il reste de la marge au doute et à la crainte d’un emballement des chiffres des infections.
Et, malheureusement, une décrue n’est pas synonyme de victoire contre le virus, mais plutôt une appréhension de l’entêtement des antivax à continuer leur croisade contre la vaccination. Une baisse des chiffres constitue, pour eux, une victoire contre l’inoculation pensant que le fait de ne pas se vacciner ne leur a pas été fatal, et ce, même avec des chiffres ahurissants qui démontrent que plus de 90 % des hospitalisations Covid sont des non vaccinés et que les décédés à l’hôpital ne se sont pas fait piquer à plus de 95 %.
Une baisse des chiffres donc qui reste, bien entendu, une excellente nouvelle, mais ajoute quand même de l’eau au moulin des suspicieux.
Pourtant, même si l’hôpital n’a pas craqué cette fois, il n’en demeure pas moins qu’il n’a fonctionné qu’avec 50 % de ses effectifs, un personnel contaminé qui a tenu à accomplir sa tâche même avec des poumons infectés.
L’alerte est pratiquement passée et le personnel soignant, dont une bonne partie n’est pas vacciné, on ne le dira jamais assez, a rejoint son poste. Les enfants, vaccinés ou pas, rejoindront les bancs des écoles la semaine prochaine avec l’espoir pour les médecins que les « vacances » de deux semaines auront suffi à casser plusieurs clusters, alors que le citoyen lambda continue ses « recherches » de lait et d’huile sans bavettes ni gestes barrières. On reprend les mêmes usages, le même comportement, on repose les mêmes problèmes et on s’attend à de meilleures solutions. La police « invite » toujours la population dans les transports et dans les marchés à faire preuve de bon sens et l’exécutif n’use toujours pas de la main de fer dans son gant de velours élimé.
C’est dire que l’on feint toujours d’ignorer que la vaccination et les gestes barrières restent une question de vie ou de mort.