C’est une triste entame d’année pour les familles des deux gardiens d’un parc de matériel et matériaux de construction du quartier El Maksen dans la daïra de Dhaïa Ben Dahoua, à une dizaine de kilomètres au nord du chef-lieu de wilaya, Ghardaïa.

En effet, c’est au petit matin de ce lundi, premier jour de l’année 2018, que les corps inanimés ont été découverts dans une chambre hermétiquement close, par un des ouvriers venu prendre ses fonctions comme d’habitude. Intrigué d’abord de ne point les voir à son arrivée, il a plusieurs fois tapé à la porte avant de se décider à la forcer. Rapidement arrivés sur les lieux, les éléments de la Protection civile de l’unité secondaire de Dhaïa Ben Dahoua n’ont pu que constater le décès de l’un et l’état de coma de l’autre. Âgés tous deux d’une trentaine d’années, ils ont été évacués vers la polyclinique de Dhaïa Ben Dahoua, où la dépouille de la victime a été déposée à la morgue, alors que le jeune comateux a été placé en salle de réanimation. Selon les premières constations, ils ont inhalés du gaz carbonique (C02), dégagé de la fumée de bois avec lequel ils se chauffaient dans une chambre hermétiquement close, sans aucun conduit d’aération. Ce qui leur a été fatal, car, faut-il le rappeler, le bois est surtout constitué de cellulose qui, comme tous les composés carbonés, dégage du gaz carbonique (asphyxiant) lorsqu’il brûle, et du monoxyde de carbone toxique si la combustion est incomplète. En tout état de cause, la brigade de gendarmerie de Dhaïa Ben Dahoua a ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes de ce drame.
O.Y.