Une délégation du ministère du Tourisme et de l’Artisanat a séjourné une semaine à Bider (Marsat Ben M’hidi). Cette délégation était composée de Mme Khellout Aïcha, directrice de l’organisation et l’encadrement des métiers, Benzaârour Choukri, directeur du développement de l’artisanat, et Astoury Jean-François, expert de l’Union européenne, laquelle finance le projet en question. Les experts étaient accompagnés par Khalid Tahraoui, directeur de la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM) du Mechouar (Tlemcen). Mission : élaborer les procédures techniques de mise en œuvre de labellisation de qualité de la poterie de Bider. Et pour cause.

Abritant quelque 300 potières, le village de Bider représente un atelier artisanal à ciel ouvert où le métier de la poterie se transmet de père en fils, pardon, de mère en fille, voire les brus. Deux associations dédiées à ce métier y activent. A noter que dans le cadre de ce chantier « at home », il a été procédé au choix de 17 potières qui ont fait l’objet d’une évaluation in situ et de visu, sur la base du procès de fabrication du produit artisanal. Dans ce cadre, la collecte d’informations porte sur le procès de production (étapes de fabrication), les risques et critères de qualité (malaxage, dosage) et la description des caractéristiques du produit (dessins géométriques). « Notre but est de déterminer les spécificités de la poterie de Bider et d’établir les critères y afférents, en faisant sortir le cas échéant les lacunes et les faiblesses, non sans laisser une marge d’innovation », a tenu à souligner Astoury Jean-François.
Lors de leur séjour, les experts auront été tout particulièrement absorbés par le travail de visite des ateliers d’artisans et artisanes pour comprendre par l’observation et le questionnement la nature de l’activité ainsi que lors de réunions avec quelques artisans et artisans représentatifs, afin de travailler à la définition du processus de production, des points critiques par grandes phases et des critères de qualité qui pourront constituer le cahier des charges du futur label. A ce titre, interviendra le volet législatif à travers l’Anart et l’Inapi, indique-t-on. Par rapport aux objectifs spécifiques assignés à cette mission, les experts ont eu à définir et/ou valider le processus de production de chacun des métiers, identifier les points critiques pour chaque phase du processus de production risquant de dégrader la qualité du produit final, définir des critères de qualité pour chacune des phases du processus de production et de manière générale dans le fonctionnement de l’activité (créativité, approvisionnement, commercialisation…). Il faut savoir que le département de Abdelkader Benmessaoud a proposé cette action ponctuelle, financée par l’UE, consistant en « l’appui à la direction générale de l’artisanat pour l’élaboration de procédures de mise en œuvre des labels de qualité pour les produits de l’artisanat en tant que marque collective», au profit d’entreprises et artisans spécialisés dans un produit particulier qui illustre le savoir-faire de l’Algérie dans l’artisanat d’art. A noter que Jean-François Astoury, chef de projet, et son collègue Michel Bricler, expert de l’UE, chargé de l’expertise du métier de la dinanderie à Constantine, travaillent en étroite collaboration avec les services du MTA concernés et avec l’Anart depuis juillet 2018 avec pour objectifs spécifiques de revoir les textes législatifs pour proposer les évolutions nécessaires à la création effective des labels de qualité dans l’artisanat, définir les éléments clés du cahier des charges (CdC) du label national « Artisanat d’Algérie » cité dans les textes législatifs et les CdC de deux futurs marques Collectives (MC) pour la poterie de Bider et la dinanderie de Constantine, et formaliser l’ensemble des procédures de création et de gestion et attribution des labels de l’artisanat d’art en Algérie. A l’issue de leur séjour à Bider, les experts devront présenter à la direction du tourisme et de l’artisanat et aux cadres techniques de la CAM, une synthèse du projet dans sa globalité et le programme de l’activité réalisé auprès des artisans et artisanes concernés.E. H. T