Par Nadir Kadi
Alors que le procès du lynchage et meurtre de Djamel Bensmaïl en aout 2021 a abouti, jeudi, à la prononciation de la «peine capitale» compte 49 des 102 accusés ; les parties civiles, et plus exactement les avocats de la famille de la victime, ne sont visiblement pas entièrement satisfaits, et s’apparieraient à déposer un recours en cassation contre une partie du jugement.
L’une des avocates de la famille a, en ce sens, confié, à l’issue de verdict du tribunal criminel de Dar El Beïda, au site «inter-lignes», qu’elle ressentait une certaine «déception», estimant que plusieurs «responsables» ou «complices» du meurtre n’ont pas reçu de sanction à la hauteur de leurs actes.
Procédure juridique sans précédent, de par la nature des faits reprochés mais aussi, du nombre des accusés, il apparaît en effet, suite aux questions des juges, qu’une large partie de l’instruction et du procès a établi les responsabilités personnelles de chaque accusé, en se basant notamment sur les éléments matériels, à savoir les photos et vidéos prises par les suspects et le recoupement des témoignages recueillis lors de l’enquête. Une préoccupation du tribunal, qui a abouti à la prononciation de la «peine capitale» uniquement contre les suspects clairement identifiés ; 17 autres suspects étant condamné à «10 ans de prison ferme» assortis d’amendes de 100 000 DA, et d’autres à des peines entre 2 et 5 ans de prison, alors que 17 autre personnes ont bénéficié d’un acquittement. Et en ce sens, l’avocate de la famille de la victime estime que «parmi les accusés qui ont écopé de 10 ans, il y a ceux qui étaient sur la scène du crime. Ils apparaissent sur des vidéos soit en train de prendre part aux violences commises contre le défunt, ou d’inciter à la mutilation, à la torture. «Ils ont réussi à échapper à la sanction qu’ils méritent», a-t-elle estimé. Et dans cette logique, l’avocate de la famille de la victime ajoute qu’elle portera de nouveau l’affaire devant la justice : «Nous allons faire appel des décisions et nous reviendrons avec les mêmes vidéos et les mêmes photos, pour les confondre une deuxième fois afin que justice soit faite».
Le verdict du tribunal de criminel de Dar El Beïda a repris une partie seulement du réquisitoire du procureur de la République. Il est en effet à rappeler que l’accusation ainsi que les avocats des parties civiles avaient demandé, le 19 novembre dernier, au quatrième jour du procès à ce que la justice s’applique avec la plus grande fermeté. Le procureur requérant a en effet demandé la «peine capitale» contre 76 accusés, avant que les représentants des parties appuient ses demandes en mettant en avant la violence des faits reprochés ; l’un des avocats du collectif représentant la famille de la victime avait en ce sens lancé en direction des suspects : «Comment peut-on se prendre en photos avec des corps en feu (…) Avez-vous perdu votre humanisme ?» Un autre avocat insistant pour sa part sur le choc subi par les proches de Djamel Bensmaïl, notamment suite à la diffusion de photos et vidéos du crime sur les réseaux sociaux.
Par ailleurs, il est également à noter que le tribunal a accordé un délai de 10 jours aux avocats des accusés pour contester les décisions, une période à l’issue de laquelle les avocats des parties civiles pourront déposer officiellement leurs nouvelles demandes. <