Le Venezuela a vu son inflation atteindre 844,1% entre janvier et septembre, selon les données publiées mardi par la Banque centrale (BCV), alors que le pays reste secoué par une crise politique et économique sans précédent. Pour le seul mois de septembre, les prix ont progressé de 27,9%, en légère accélération par rapport au mois précédent (+24,7%), a reconnu la BCV, proche du gouvernement de Nicolas Maduro et qui ne publie pas régulièrement l’indice officiel des prix. L’inflation cumulée depuis le début de l’année est inférieure à celle estimée par le Parlement, contrôlé par l’opposition, qui avait évalué l’inflation entre janvier et août à 1.079,67%. Au total, l’inflation sur un an a été de 3.078% en août, selon l’Assemblée nationale, qui publie depuis 2017 ses propres statistiques pour compenser l’absence de chiffres publiés par le gouvernement. Plongé dans la pire crise de son histoire moderne, le Venezuela, par ailleurs producteur de pétrole, doit faire face à la plus importante inflation au monde et devrait subir cette année sa septième année consécutive de récession. Dans le même temps, la valeur de sa monnaie, le bolivar, a plongé face au dollar. Fin avril, le gouvernement a annoncé une hausse de 77,7% du revenu minimum, qui comprend le salaire minimum et des bons alimentaires obligatoires. Il s’agit de la deuxième hausse depuis le début de l’année mais malgré cela, le salaire minimum n’équivaut actuellement qu’à 1,8 dollar par mois, ce qui est insuffisant pour se procurer un kilo de viande (3,4 dollars). Le Venezuela a terminé l’année 2019 avec une inflation de 9.585,5%, selon la Banque centrale, un chiffre supérieur à celui annoncé par le Parlement, qui avait estimé de son côté l’inflation à 7.374,4% sur la même période. n