Les voitures à moteurs Diesel seront exclues de la formule des importations de véhicules de moins de trois ans, introduite par la loi de finances 2020, a fait savoir le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham.
« Les véhicules Diesel posent un problème de pollution majeur. Ils seront écartés de l’importation et remplacés par les voitures électriques hybrides », a-t-il indiqué à l’APS. Cette exclusion passera sans doute par une loi de finances complémentaire qui devient de plus en plus nécessaire pour corriger le lourd héritage de mesures contenues dans une LF composée par le gouvernement de Bedoui.
Initialement, le projet de LF2020 avait exclu les véhicules Diesel de la mesure autorisant l’importation des voitures d’occasion, mais les députés avaient introduit un amendement incluant les moteurs Diesel dans ces importations. Le ministre, qui travaille avec ses collègues du Commerce et des Finances sur l’élaboration d’un texte réglementaire définissant les conditions d’importation des véhicules de moins de trois ans, a expliqué que le gasoil algérien ne permettait pas, de surcroît, une longue vie des moteurs européens fonctionnant au Diesel. « Les Européens sont à la norme Euro6 alors que nous sommes à l’Euro2. Si quelqu’un importe un véhicule diesel, il roulera quelques mois avant de tomber en panne », a-t-il soutenu.
Interrogé pour savoir si le texte d’application, attendu avant la fin mars, allait fixer la liste des pays d’origine de ces véhicules, M. Aït Ali a répondu par la négation, sauf que, fait-il remarquer, les pays européens, et notamment la France, seront les mieux indiqués vue leur proximité géographique.