Le pape François a appelé hier mercredi la communauté internationale à «garantir la sécurité» au Moyen-Orient, particulièrement en Syrie, dans son message de Noël en forme de tour d’horizon d’une «humanité blessée» sur tous les continents.

Dans son traditionnel discours « Urbi et Orbi » (à la ville de Rome et au monde), le souverain pontife a appelé à « assouplir notre coeur souvent endurci et égoïste » afin de donner « le sourire aux enfants du monde entier », abandonnés ou victimes de violences. Mais c’est tout d’abord vers le Moyen-Orient qu’il s’est tourné, là où de nombreux enfants « subissent la guerre et les conflits ». Le souverain pontife a souhaité envoyer un message de réconfort au « bien-aimé peuple syrien qui ne voit pas encore la fin des hostilités qui ont déchiré le pays en cette décennie ». Il a appelé « les gouvernants et la communauté internationale à trouver des solutions qui garantissent la sécurité et la coexistence pacifique des peuples de la région ». Le souverain pontife a aussi eu une pensée de « soutien pour le peuple libanais » -secoué par un mouvement de contestation politique sans précédent- espérant que le pays «redécouvre sa vocation d’être un messager de liberté et d’harmonieuse coexistence pour tous ». Le chef de l’église catholique a regretté en outre que plusieurs nations du continent américain « traversent une période d’agitations sociales et politiques ». Le peuple vénézuélien, très « éprouvé par des tensions politiques et économiques », doit obtenir « l’aide dont il a besoin », a-t-il notamment plaidé. Le pape, qui multiplie les gestes diplomatiques et religieux avec la Russie, a également espéré voir aboutir l’aspiration de l’Ukraine « à des solutions concrètes pour une paix durable ». Evoquant le continent africain où règnent « violences, calamités naturelles ou urgences sanitaires », François a exprimé son réconfort «à tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse, spécialement les missionnaires et les fidèles kidnappés ». Il a dénoncé les agissements « des groupes extrémistes sur le continent africain, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria ». « Les murs d’indifférence » Dimanche, dans un message de Noël commun diffusé par le Vatican, le pape François et l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, ont en outre encouragé les difficiles pourparlers de paix sud-soudanais, au lendemain de leur ajournement jusqu’à début janvier. Le 13 novembre dernier, les deux leaders religieux avaient annoncé qu’ils se rendraient ensemble au Soudan du Sud, si un gouvernement d’union nationale permettait de garantir la paix d’ici la mi-février 2020. Dans leur message de Noël, il n’évoque toutefois plus de date butoir. Le pape, qui a fait du soutien des migrants l’une des priorités de son pontificat, n’a pas manqué de critiquer dans son message « Urbi et Orbi » « les murs d’indifférence » qu’ils rencontrent. « Dans l’espérance d’une vie sûre », ils finissent par subir « des abus innommables, l’esclavage de toutes sortes et des tortures dans des camps de détention inhumains », a-t-il martelé. Samedi, lors de ses traditionnels voeux à la Curie, le gouvernement de l’Eglise, le pape avait adopté un ton alarmiste quant à la perte d’influence du catholicisme en Occident, particulièrement en Europe. « Nous ne sommes plus en chrétienté, nous ne le sommes plus! Nous ne sommes plus les seuls aujourd’hui à produire la culture, ni les premiers, ni les plus écoutés », avait-il lancé, en appelant les cardinaux à « un changement de mentalité pastorale ». L’image de l’Eglise catholique a été entachée dans de nombreux pays par de vastes scandales d’abus sexuels commis par le clergé, tandis que le pape peine à mener à bien une réforme des finances de la Curie.n