Comme lors du match «aller», disputé le 25 septembre dernier à Tizi-Ouzou, le CR Belouizdad a passé 3 buts à la JS Kabylie hier au stade 20 août 1955 (Alger). Un succès 3 buts à 1 qui permet aux Belouizdadis de préserver le leadership au terme de la 20e journée. Seul le MC Alger semble en mesure de les déranger dans la route vers le 7e couronnement en championnat.

Le «Chabab» devait réagir vite après son revers à Biskra le 22 février dernier. Et c’est ce qu’il a fait à l’occasion de la réception des «Canaris» hier dans son antre fétiche de Ruisseau. Une victoire assez aisée pour afficher clairement l’intention de jouer pour le bouclier. Ainsi, les «gars de Laâquiba» ne craquent pas face à la pression qu’avaient mise les Tizi Ouzéens et les Mouloudéens plus constants lors des dernières journées.
Pour preuve, les visiteurs restaient sur une démonstration contre l’ASO Chlef qu’ils avaient corrigée 4 buts à 1 il y a 8 jours. Offensivement, c’est les Chababistes qui semblaient à la peine avant ce match au sommet n’ayant marqué que 2 buts lors des quatre rencontres écoulées. Toutefois, les «Rouge et Blanc» se sont réveillés au meilleur des moments pour se larguer un sérieux candidat au sacre dans le classement et le reléguer à 7 longueurs désormais.

Bon tempo pour le titre
Face aux «Lions du Djurdjura», les Belcourtois n’ont pas tardé à ouvrir le score grâce à Hamza Belahouel qui a transformé un penalty dès la 11e minute de jeu. Avant la pause (42’), Sofiane Bouchar s’est chargé de faire le break avant que Mohamed Souibaâ n’aggrave la marque dans le temps additionnel (45’+2). En rejoignant les vestiaires, les poulains de Franck Dumas, qui avait estimé avant la rencontre que «le rachat est impératif pour garder la confiance des supporters», avaient quasiment tué la partie. Ils n’avaient qu’à gérer la seconde période pour empocher les trois points et porter leur total à 39 unités sur 60 mises en jeu depuis le début de l’exercice. Côté JSK, Rezki Hamroune a réduit l’écart à la 71e minute en transformant un coup de pied de surface.
Avec cette moisson, le CRB comptait 6 longueurs d’avance sur le «Doyen» actuel dauphin qui s’expliquait avec le MC Oran au stade 5 juillet 1962 à l’heure où l’on mettait sous presse. Le Mouloudia, qui compte un match en retard il faut le souligner, reviendrait virtuellement à 3 unités des camarades d’Amir Saâyoud qui n’a pas été très inspiré contre la formation de Tizi. L’ancien usmiste a galvaudé beaucoup de ballons et tué nombreuses occasions de siens par excès d’individualisme. Pas préjudiciable toutefois pour les banlieusards d’Alger qui sont sortis vainqueurs de ce choc. Ils restent dans la course pour succéder à l’USM Alger au palmarès. Pour cela, bien négocier les rounds restants sera nécessaire.