L’UE a dévoilé mardi pour la première fois aux eurodéputés l’un des contrats de commandes de vaccins anti-Covid, mais avec de « nombreux passages biffés » sur les prix et la responsabilité des laboratoires, selon l’eurodéputé Pascal Canfin, qui dénonce une « transparence limitée ». « J’avais accès à la totalité du contrat, mais avec beaucoup de passages biffés, noircis, illisibles (…) des éléments clés. C’est problématique », a indiqué à l’AFP l’eurodéputé français (Renew, libéraux), président de la commission environnement et santé au Parlement européen. La Commission européenne, qui négocie au nom des Vingt-Sept, entend garder confidentiels les détails de ses commandes de vaccins tant qu’elle poursuivra des négociations avec des laboratoires, pour respecter ses engagements et afin de ne pas fragiliser sa position dans les pourparlers. Mais sous forte pression des eurodéputés, l’exécutif européen a accepté de mettre cette semaine à disposition de quelques eurodéputés, de façon très encadrée, le contrat conclu avec l’allemand CureVac, après le feu vert de l’entreprise. « Il y a en effet quelques passages noircis à la demande » de CureVac, car « il faut avoir l’accord de la société pour montrer le contrat ou des parties » à des tiers, se justifie la Commission auprès de l’AFP. « Mais la majorité des dispositions est visible », affirme-t-elle.

#RDR/AFP