Afin de garantir les besoins nationaux pour le traitement des malades contaminés par la Covid-19, le Groupe pharmaceutique Saidal a entamé la production de plus de quantités d’Hydroxychloroquine destinées au traitement des personnes atteintes de Coronavirus, a annoncé, mardi dernier, le ministre délégué à l’Industrie pharmaceutique Lotfi Benbahmed, lors d’une visite au site de production de Saidal d’El-Harrach à Alger.

Lotfi Benbahmed a précisé que le premier lot de près de 300 000 boîtes sera remis gracieusement à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH).
Il a indiqué, à ce propos, que les efforts se poursuivront, notamment à travers la mission diplomatique algérienne en Inde, pour acquérir les matières premières nécessaires à la fabrication d’autres lots de ce médicament par des entreprises nationales, rapporte l’APS.
L’Algérie dispose de stocks suffisants d’Hydroxychloroquine dépassant 220 000 boîtes au niveau de la PCH, ajoutant que les capacités locales en matière de production de l’antibiotique Azithromycine, de masques de protection et de gel hydroalcoolique sont à niveaux suffisants par rapport aux besoins.
De son côté, la PDG de Saïdal, Fatouma Akacem, a affirmé que la production et la distribution gratuite du premier lot d’Hydrochloroquine s’inscrivent dans le cadre de la contribution aux efforts nationaux de lutte contre l’épidémie, partant de la vocation du Groupe de « société citoyenne ».
Par ailleurs, concernant l’acquisition du vaccin anti-corona, le ministre délégué a affirmé qu’un travail est en cours au niveau d’une commission mixte, composée de toutes les parties concernées et pilotée par le ministère de la Santé et la PCH, à l’effet de suivre et recenser les projets de production de vaccins. Il précise qu’à ce jour, cette commission a identifié une quinzaine de projets concrets en phase d’expérimentation, faisant état de contacts avec la plupart des laboratoires à travers l’Institut Pasteur et les missions diplomatiques en vue d’obtenir le vaccin le plus rapidement possible. Lotfi Benbahmad a aussi évoqué des contacts « au plus haut niveau » avec des pays amis de l’Algérie, comme la Russie et la Chine.
Cependant, et s’agissant du calendrier de la campagne de vaccination, le ministre délégué a indiqué que « les choses ne sont pas encore claires », mettant l’accent sur la nécessité de continuer à respecter les mesures de prévention.

Couvrir 70 % des besoins en médicaments en Algérie
L’Algérie s’emploie à diversifier son industrie pharmaceutique locale pour couvrir quelque 70% les besoins du marché dans les deux années à venir contre 50% actuellement a, également, déclaré le ministre délégué.
Il a ajouté que ceci permettra de porter la valeur de la production nationale à environ 400 millions dollars à fin 2021 aux dépens des produits importés.
Dans cet esprit, il a souligné la nécessité d’une nouvelle stratégie permettant à Saidal d’être au diapason des grands laboratoires et orienter les nouveaux investissements vers la production de médicaments plus innovants, comme l’insuline, les anticancéreux et les dérivés de sang. En outre, il a indiqué que le décret fixant les prérogatives du ministre délégué chargé de l’Industrie pharmaceutique est actuellement à l’étude au niveau du Gouvernement en vue de sa prochaine promulgation. Des prérogatives reposant sur la création de l’environnement juridique et administratif approprié qui permet aux firmes du secteur de se développer.n