Chez l’USM Alger, le grand derby perdu face au MC Alger, (0/1) rival éternel, a laissé des séquelles. Parmi lesquelles le départ, désormais définitif et officiel, de l’entraîneur Dziri Bilel. Après avoir décidé de revenir sur une première démission à l’issue de l’élimination en Coupe d’Algérie chez l’ASM Oran, le technicien se rend à l’évidence qu’il ne peut être une providence dans de critiques circonstances.

«L’USMA et l’entraîneur Dziri Billel ont trouvé ce mercredi 26 février un accord pour une résiliation du contrat à l’amiable, après son insistance à quitter son poste. La direction du club souhaite bon courage à Dziri Billel dans la suite de son parcours», c’est par ces mots que la cellule de com’ unioniste a annoncé la séparation avec leur ancien milieu de terrain qui aura essayé, tant bien que mal, de réanimer un groupe dans une situation de léthargie footballistique.
Pourtant, après le revers infligé par le Mouloudia, Farid Zemiti, l’adjoint de l’ex-entraîneur en chef, s’était empressé d’éteindre le feu : « ce n’est pas parce que Dziri est un peu fatigué que nous allons polémiquer là-dessus.
Il est vrai qu’il voulait se retirer mais les nouveaux responsables du club lui ont manifesté leur soutien et il a fini par revenir au club. Il s’est beaucoup sacrifié lui aussi pour l’USMA car il a toujours porté ce club dans son cœur. Je pense que ce n’est pas nécessaire de polémiquer sur l’avenir de Dziri après chaque contre-performance.»

Le bilan des 28 matchs de « Bilelou »
Le 8e match de rang sans succès (3 nuls et 5 défaites) semblait, logiquement, sonner le glas pour un driver ne trouvant plus la recette pour aider les « gars de Soustara » à gagner. Dans ces mêmes colonnes, on s’est interrogé sur son aptitude à coacher un champion d’Algérie miné par les problèmes financiers tout au long de la première partie de la saison. La venue de l’entreprise nationale «Serport», qui a présenté des garanties pour racheter la majorité des actions du club, n’a pas pour autant aider les camarades de Hamra à retrouver la dynamique du succès. Aujourd’hui 9e avec 25 unités, l’ « Ittihad » n’a que le championnat dans son tableau de chasse. Il devra essayer de se ressaisir dès la 20e journée avec le déplacement prévu dans deux jours à Béchar pour y défier la JS Saoura qui est 7e et compte une longueur d’avance. Quant au podium, il est à 7 unités et c’est la JS Kabylie qui l’ouvre avec 32 points au compteur. Sur le banc usmiste, Dziri aura réussi à qualifier le team algérois en phase de poules de la Ligue des Champions CAF malgré la crise économique qui a failli compromettre la campagne africaine. Toutefois, il a essuyé une élimination précoce en Coupe d’Algérie et laisse une formation décrochée au classement de Ligue 1. Son bilan est de 10 victoires, 7 nuls et 11 défaites lors des 28 rencontres qu’il a digérées. Très passable. L’envie et la sincérité n’ont pas suffi.