Après une entame de saison chaotique, l’USM Alger a repris du poil de la bête. Aujourd’hui, les Usmistes (4e, 38 points) sont dans le coup pour décrocher une place sur le podium du championnat. Aussi, ils sont toujours en lice en Coupe de la Ligue. Invaincus depuis 8 matchs
(6 succès et 2 nuls), les Usmistes doivent ce regain de forme à l’arrivée de Mounir Zeghdoud sur le banc le 8 mars dernier.

Par Mohamed Touileb
Il n’a pas concédé la moindre défaite depuis le début de sa mission et la succession de Thierry Froger. Mounir Zeghdoud est, peut-être, l’homme qu’il fallait pour stabiliser les « Rouge et Noir » en proie à une crise de résultats qui a engendré l’éviction de deux coachs en l’espace de quelques mois.
En huit tests, l’ancien défenseur central des « gars de Soustara » a confirmé qu’il a les épaules et les capacités de driver les Unionistes. Du moins pour le restant de la saison. On rappellera que la direction de Serport avait déjà procédé à deux changements de drivers depuis l’entame de l’exercice. François Ciccolini avait sauté au bout d’un match et la défaite de Supercoupe contre le CR Belouizdad. Par la suite, Bouziane Benaraibi, son adjoint, avait assuré l’intérim avant que Froger ne prenne le relais et soit remercié au bout de 12 tests.
Ce bal des entraîneurs montrait que le banc de la barre technique de l’ « Ittihad » a des allures de siège éjectable par excellence. C’est pour cela que Zeghdoud se devait d’éviter le maximum de turbulences pour ne pas être propulsé en dehors du cockpit. Cela nécessitait de réaliser de bons résultats. Et ce qu’il est parvenu à faire en 8 tests Ligue 1 et Coupe de la Ligue confondus.
L’assise défensive en atout
Sur cette période, il a réussi à faire hisser les Usmistes de la 2e partie du tableau (10e) à la 4e place pour se retrouver à 2 longueurs du « Top 3 » qu’ouvre le MC Oran. En parvenant à glaner 17 sur les 21 points mis en jeu dans le challenge national depuis sa désignation, Zeghdoud a signé une belle remontée dans la hiérarchie footballistique du pays.
Aussi, les camarades de Hamza Koudri sont en lice dans la seconde compétition qu’est la Coupe de la Ligue. Ce tournoi attribuera le 4e ticket pour les compétitions interclubs en Afrique. Dans l’ensemble, l’USMA offre des garanties en défense (4 buts concédés en 8 matchs pour 16 marqués) qui lui permettent de s’imposer même quand le jeu n’est pas au rendez-vous comme ce fut le lors de la réception du WA Tlemcen (1-0) samedi écoulé.

Compatibilité à confirmer
A ce sujet, il faudra noter que l’arrière-garde n’a craqué qu’une seule fois lors des 5 dernières rencontres. Un sacré atout pour préserver l’invincibilité et la bonne dynamique. Pour montrer que l’assise défensive est assez solide on soulignera qu’elle n’a pas été affectée par les absences récurrentes (blessures et suspensions) dans l’effectif des Algérois. Même s’il n’a pas toujours pu compter sur un groupe au complet, l’ex international algérien a toujours pu trouver des solutions pour pallier les défections.
Dans l’ensemble, la désignation de Zeghdoud semble présenter certaines garanties. Cependant, il reste 16 journées à disputer et 3 potentiels examens en Coupe de la Ligue si jamais Zouari & cie vont au bout. En tout cas, pour le quart de finale, ils ont hérité de l’Olympique Médéa qui n’est pas dans une forme étincelante. Quant à l’éventuelle demi-finale, elle les confronterait au vainqueur entre le NC Magra et la JS Saoura. Bien évidemment, les Saouris se présentent comme le potentiel prochain adversaire. Wait & see…