La rencontre de négociation entre le recteur de l’université Alger 3, Rabah Cheriet, et la délégation des enseignants protestataires a été reportée à une date ultérieure suite à l’absence du responsable qui se trouvait au ministère de l’Enseignement supérieur.

« La délégation qui devait prendre part aux négociations s’est présentée à la faculté mais nous avons appris que le recteur se trouvait au ministère de l’Enseignement supérieur », nous a déclaré Louiza Aït Hamadouche, enseignante au département sciences po. 

«Nous avons contacté le recteur qui a affirmé nous avoir attendu sur un autre lieu, le département de journalisme, avant de rejoindre le ministère pour une réunion de travail. Pour l’instant, il nous a promis de fixer un autre rendez-vous pour entamer les négociations », a ajouté notre interlocutrice. Le comité de suivi de la grève des enseignants a, pour sa part, rendu public un communiqué pour affirmer son incompréhension vis-à-vis de ce report. «Vu que nous avons accepté le principe du dialogue, nous espérons que ce qui s’est produit ce samedi n’est qu’un dysfonctionnement accidentel et que les deux parties se fixeront un autre rendez-vous.
Mais si cela vient à se répéter, nous serons obligés de penser que cela est volontaire. Pour l’instant, nous accordons le bénéfice du doute à la partie adverse », nous a indiqué Mme Aït Hamadouche. S’agissant du gel de la grève des enseignants, notre interlocutrice a tenu à préciser qu’il s’agit plutôt d’une «suspension » du mouvement protestation. « Nous avons suspendu le mouvement de protestation, mais nous pourrions y revenir si le dialogue n’est pas amorcé ou s’il n’aboutit pas à la concrétisation de nos revendications rendues publiques », a-t-elle conclu. Rappelons que les enseignants du département sciences politiques ont initié, la semaine dernière, un mouvement de débrayage appuyé par un sit-in suite à leur agression le 17 février dernier. Ils revendiquent l’identification des commanditaires de l’agression, la sécurisation de l’université et des sanctions pour les agents de sécurité défaillants.W. S.