Plus de 300 enseignants et fonctionnaires de l’université Akli-Mohand-Oulhadj de la wilaya de Bouira ont observé, dimanche, un sit-in devant le rectorat pour protester contre la séquestration, en mars dernier, du doyen de la faculté des sciences économiques, Fredj Chaâbane, a-t-on constaté.

« Nous avons organisé aujourd’hui une journée de protestation contre l’insécurité régnant au sein du campus universitaire, après notamment la séquestration et l’agression du doyen de la faculté des sciences économiques de l’université », a expliqué à l’APS le représentant local du Conseil national des enseignants du supérieur, Outafat Youcef, dénonçant un acte « lâche et ignoble ». Au cours de cette action de protestation, les enseignants et fonctionnaires de l’université de Bouira ont appelé le recteur Noureddine Benali Cherif à « veiller à l’application de la loi à l’encontre des étudiants qui ont été derrière cette séquestration ». Le 28 mars dernier, le doyen de la faculté des sciences économique avait été retenu dans son bureau et séquestré durant huit heures par un groupe d’étudiants. Ces derniers avaient demandé au doyen d’intervenir pour « revoir » la note d’une de leurs collègues. Ce qui a été refusé par le doyen qui leur a expliqué que cette question relève des prérogatives de l’enseignant. Cette réponse a soulevé la colère de ce groupe d’étudiants qui ont retenu M. Fredj par la suite dans son bureau. Face aux menaces de mort proférées à son encontre, le doyen a été contraint de sauter du haut du deuxième étage du bâtiment universitaire. La victime a subi une grave fracture à la cheville et une plainte avait été déposée auprès des services de la police, qui ont enclenché aussitôt une enquête pour arrêter les agresseurs. A ce sujet, le recteur de l’université s’est engagé, devant les enseignants, à veiller à l’application rigoureuse de la loi afin de rétablir l’ordre et la sécurité au sein du campus universitaire.