C’est hier que le 34e sommet de l’Union Africaine (UA) a ouvert ses portes, virtuellement en raison de la lutte contre la pandémie Covid-19 à laquelle le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, fort du succès de l’Algérie contre la crise sanitaire, a consacré une partie importante de son intervention à l’ouverture des travaux, plaidant pour un accès sans entrave aux vaccins contre le coronavirus et insistant sur la coopération interafricaine et internationale.
M. Djerad qui représente le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a réagi au rapport du président sud-africain et président en exercice de l’UA, sur «la mise en œuvre de la Stratégie continentale africaine commune pour faire face à la pandémie de Covid-19».
Il a affirmé que cette «crise sanitaire sans précédent (…) a compromis la croissance des économies des Etats, induit une aggravation des taux de chômage et mis nos systèmes de santé devant des défis majeurs ayant requis l’adoption de mesures strictes, à l’effet d’alléger le déficit financier et éviter des pertes économiques supplémentaires».
Il a salué «la Stratégie continentale africaine commune pour faire face à la pandémie de Covid-19, qui mise sur la coopération et la coordination pour assurer le vaccin au moins aux populations du continent», la qualifiant de «précieuse initiative qui permettra aux pays du continent de coordonner leurs positions dans le cadre d’une action multilatérale».
Pour le Premier ministre, «la réussite de cette stratégie continentale est tributaire du renforcement de la coopération et de la coordination avec nos partenaires internationaux», a-t-il estimé, mettant en exergue le soutien à «la demande visant à alléger le fardeau de la dette, à aider les Etats à assurer la continuité des approvisionnements alimentaires, à protéger les emplois et à atténuer l’impact de la baisse des revenus dans le continent en raison de la perte des recettes d’exportation».
«Nous réunissons aujourd’hui avec l’espoir que la crise de la Covid-19, qui a touché l’humanité entière, soit surmontée à la faveur du début des vaccinations contre cette pandémie dans de nombreux pays du monde. Notre souhait est que notre continent puisse assurer à nos pays des vaccins de manière équitable pour endiguer sa propagation et mettre en place une stratégie pour la phase de reprise économique post-épidémie», a-t-il ajouté.
Il a, à cet égard, insisté sur «la nécessité de renforcer la solidarité internationale dans la distribution des vaccins et d’éviter que ces processus n’obéissent à des considérations nationalistes qui empêcheraient les pays pauvres d’accéder aux vaccins et éterniseraient ainsi la crise».
Dans ce contexte, M. Djerad a mis en avant l’initiative de «Plateforme africaine de fournitures médicales», lancée en mai 2020 comme mécanisme de mise en commun des achats au profit de tous les Etats membres pour assurer l’acquisition des fournitures médicales essentielles, ainsi que le Fonds de l’Union Africaine créé pour le financement des efforts de lutte contre
l’épidémie, auquel l’Algérie s’est empressé de contribuer à hauteur de deux millions de dollars, en plus des aides alimentaires et des équipements médicaux fournis au niveau bilatéral». <