Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, accompagné du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, représentera le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux travaux de la 28e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), prévue demain et mardi dans la capitale éthiopienne.

Lors de ce 28e Sommet de l’UA, les membres traiteront de la question de l’adhésion du Maroc à l’instance africaine, en plus de la désignation d’un nouveau président pour l’organisation continentale, et l’ensemble des responsables des commissions statutaires. La rencontre est placée cette année sous le thème « Exploiter le dividende démographique grâce à des investissements dans la jeunesse ». Par ailleurs, le Premier ministre a pris part hier à Addis-Abeba, aux travaux du 26e Forum des chefs d’Etat et de gouvernement du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP). Intervenant dans le sillage du 28e Sommet de l’Union africaine (UA), les travaux de cette rencontre ont été présidés par le chef d’Etat kenyan, Uhuru Kenyatta, en sa qualité de président du Forum du MAEP. Dans son allocution, le président kenyan a souligné que le MAEP, en tant qu’outil de gouvernance institutionnalisée, a réalisé des « progrès importants », ajoutant que l’Afrique « continue de franchir de grands pas qui améliorent les revenus de ses habitants ». Au plan politique, il s’est félicité de « l’évolution positive » qu’a connue le continent avec la tenue d’élections pacifiques dans plusieurs pays comme le Nigeria, l’Ouganda et la Tanzanie. Par ailleurs, le président kenyan a rappelé les différents projets lancés pour accélérer l’intégration régionale et continentale dans le cadre de l’agenda 2063, soulignant la nécessité de lancer d’autres grands projets en faveur de la jeunesse africaine. Le président du Panel des imminentes personnalités du MAEP, l’Algérien Mustapha Mekidèche, a également pris la parole lors de l’ouverture de cette rencontre pour présenter le bilan des activités du mécanisme durant l’année 2016, se félicitant « des résultats probants » réalisés lors de l’année précédente. Le vice-président du Conseil national économique et social (Cnes) a également annoncé qu’un plan stratégique 2016-2020 du MAEP a été élaboré et validé. La cérémonie d’ouverture de ce Forum a été également marquée par la signature du mémorandum d’adhésion de la Namibie au MAEP par le président namibien, Hage Geingob, devenant ainsi le 36e Etat africain à adhérer à ce mécanisme. En adhérant au MAEP, les Etats membres conviennent d’évaluer indépendamment la conformité à leurs engagements africains et internationaux en matière de gouvernance. La performance et les progrès effectués sont mesurés dans quatre domaines thématiques, à savoir la démocratie et la gouvernance politique, la gouvernance et la gestion économiques, la gouvernance d’entreprise et le développement socio-économique. Chaque évaluation aboutit à un programme national d’action pour l’Etat concerné en vue de traiter les problèmes identifiés. n