L’installation annoncée du Haut-conseil de l’énergie aura un rôle central dans la concrétisation de la transition énergétique. Pour peu que le discours soit à la mesure de l’action concrète. Relancer le secteur de l’énergie pour gagner le pari de la croissance économique, et ce, à travers le renouvellement des potentialités du pays, l’optimisation du taux de récupération des gisements des hydrocarbures et l’augmentation de la capacité de production est une nécessité. Installer déjà les outils de la transition, c’est mieux. Il y a, à l’évidence, nécessité d’une nouvelle politique à même de matérialiser la transition des énergies fossiles vers les énergies renouvelables dans le cadre d’une « stratégie de développement fondée sur des bases durables ». Il est devenu urgent aujourd’hui de renouveler les capacités nationales et d’optimiser le taux de récupération des gisements hydrocarbures actuelles. Le défi auquel s’est astreint le gouvernement paraît ambitieux. Il est surtout inéluctable pour un pays arrivé à des niveaux inquiétants de dépendance énergétique. Il faudrait surtout regarder au-delà et préparer d’ores et déjà le passage vers de nouveaux horizons. Le gouvernement semble ainsi accorder une grande importance au secteur de l’énergie. Et c’est de bon augure. C’est effectivement un secteur catalyseur de l’économie nationale. Mais la voie tracée reste irrémédiablement la transition qu’il ne faudrait absolument pas rater. L’Algérie, pays pétrolier et gazier depuis les années soixante, se doit de se préparer aujourd’hui à passer à la maîtrise de nouvelles sources d’énergie. Et s’installer comme l’un des leaders en la matière. Le pays en a largement les moyens. Le renforcement du secteur de l’énergie est à même de garantir la sécurité et la transition énergétique du pays à long terme. En encourageant l’efficacité énergétique. Cette dernière ne saurait se réaliser sans le passage vers les énergies alternatives dont l’Algérie regorge à l’état naturel. C’est indéniablement la seule garantie pour construire et maintenir un avenir aux futures générations.