Cette entreprise algérienne poursuit ses opérations d’exportation. Elle annonce également l’exportation de 18 000 tonnes de rond à béton vers le Canada, le 9 octobre prochain, et 5 000 tonnes de fil machine vers la Roumanie prochainement.

Tosyali Algérie, en dépit d’une conjoncture économique difficile en raison des effets de la Covid-19, maintient le cap en matière d’exportation de produits sidérurgiques. En effet, elle a entamé lundi dernier sa première exportation de fil machine. Il s’agit de la vente de 3 000 tonnes de ce produit sidérurgique au Sénégal depuis le port de Mostaganem. Il s’agit d’une première en Algérie. En un mot, c’est la première fois qu’une entreprise algérienne exporte du fil machine, indique Bouabdallah Boutiba, le responsable de communication de Tosyali Algérie.
Cette expédition de fil machine constitue la 7e opération d’exportation de produits sidérurgiques de Tosyali Algérie depuis le début de l’année. Elle a exporté au total jusqu’ici 51 000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis et le Canada et 10 000 tonnes de tubes spirales vers l’Angola depuis le début de l’année, ajoute Boubdallah Boutiba. Cette entreprise annonce, en outre, dans sa newsletter, qu’elle poursuit ses exportations vers le Canada dès le 9 octobre prochain en expédiant vers ce pays 18 000 tonnes de rond à béton et 400 tonnes de fil machine, soit la huitième opération d’exportation. Elle annonce également que la Roumanie devient un nouveau client dans le portefeuille de la société. «La Roumanie est une autre destination et nouveau client avec l’expédition prochaine de 5 000 tonnes de fil machine vers ce pays. Ainsi, Tosyali Algérie va exporter du fil machine vers le Sénégal, le Canada et la Roumanie. «L’Algérie était considérée jusqu’à une période récente dépendante à 100% des importations de fil machine et tributaire de l’Italie et de l’Espagne», relève Tosyali Algérie. Cette société de droit algérien fait savoir en ce sens qu’elle publie ces chiffres d’exportation vers divers continents dans le but de contribuer à la réduction de la facture d’importation de produits finis et semi-finis. Ses produits jouissent d’un taux d’intégration locale proche de 80%, selon le document. La newsletter souligne, en un mot, que c’est la première fois dans l’histoire du pays qu’une entreprise algérienne exporte du fil machine et des tubes spirales. Cela a été rendu possible par l’entrée en production du laminoir fil machine d’une capacité de 700 000 tonnes/an ainsi que l’usine de tubes spirales d’une capacité de 250 000 tonnes/an dans le complexe sidérurgique intégré d’Oran détenu par Toysali Algérie. La première installation couvre l’essentiel des besoins du pays en ce produit. Elle a contribué à la création de 50 à 60 petites et moyennes entreprises dans la transformation de ce produit. Le fil machine peut être transformé en treillis, en fil d’attache, en fil galvanisé, en fil barbelé, en boulons, vis, écrous. Les tubes spirales, eux, sont destinés à l’adduction et aux grands transferts hydrauliques ainsi qu’au transport des hydrocarbures (pipes). Tosyali Algérie, rappelons-le, a fourni à l’entreprise Razel des tubes entrant dans la réalisation du grand projet de transfert d’eau vers la ville de Sétif. Un marché de 25 millions de dollars. Ces exportations ont été également rendues possibles par la qualité des produits qui répondent aux standards internationaux. Il convient de rappeler que Tosyali Algérie exporte ses produits sidérurgiques vers les Etats-Unis, le Canada, la Belgique, le Royaume-Uni, l’Angola, Porto Rico. Ses nouveaux clients sont le Sénégal et la Roumanie. A mai 2020, Tosyali enregistre l’exportation de 10 000 tonnes puis 18 000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis ainsi qu’une expédition de 18 000 tonnes de rond à béton vers le Canada et 9,5 kilomètres de pipes vers l’Angola.
Il convient de rappeler que Tosyali Algérie a exporté pour près de 100 millions de dollars de produits sidérurgiques en 2019. Elle escompte atteindre un niveau d’exportation de 200 millions de dollars en 2021. L’ambition de Tosyali est de faire de l’Algérie un exportateur net de produits sidérurgiques et un grand exportateur sur son marché naturel, à savoir l’Afrique, avec les autres producteurs comme AQS, qui exploite le complexe sidérurgique de Bellara. Tout cela s’inscrit dans le sillage des objectifs du gouvernement qui consistent à booster les exportations hors hydrocarbures et réduire de façon importante la facture des importations.
Avec deux aciéries et trois laminoirs, Toysal Algérie couvre une bonne partie des besoins du pays en rond à béton, contribuant à réduire de façon sensible la facture d’importations de ce produit. Il fabrique ses propres billettes, contribuant à relever le taux d’intégration de ses produits. Même topo avec le laminoir fil machine. ALP Topcuoglu, membre du conseil d’administration de Tosyali Algérie, avait affirmé à la presse que le complexe de Bethioua est le plus grand complexe sidérurgique intégré d’Afrique avec une capacité de production actuelle d’acier liquide de 3,5 millions de tonnes/an. Tosyali Algérie a en projet, la réalisation d’une aciérie pour la production d’aciers plats d’une capacité de 2,5 millions de tonnes/an qui pourrait être mise en service en 2023/24 destinée à l’industrie automobile, la mécanique, l’électroménager. Le complexe aura alors une capacité de production de 6 millions de tonnes/an. L’objectif in fine est de faire du complexe de Bethioua un puissant pôle sidérurgique d’importance régionale, c’est-à-dire en Afrique du Nord et dans le bassin méditerranéen. <