Encore une fois, le MC Alger a déçu ses fans. Le championnat arabe des clubs UAFA était la seule compétition que le « Doyen » pouvait gagner cette saison, mais l’aventure a pris fin samedi chez Al-Merreikh du Soudan à Omdourman. Une grosse défaite, 3 buts à 0, qui a renvoyé sur terre un méconnaissable Mouloudia. Une nouvelle contreperformance qui risque de causer du remous dans la maison des « Vert et Rouge ».

Compte tenu de l’état de santé de l’équipe, la mission s’annonçait très compliquée au Soudan après avoir été accroché à Alger (0/0) lors du match aller disputé le 31 janvier dernier. Néanmoins, le partage des points imposé à la JS Kabylie (1/1), à Tizi-Ouzou il y a 9 jours, en infériorité numérique avait nourri quelques espoirs pour décrocher le billet qualificatif en demies de la Coupe arabe UAFA. L’optimisme était présent si l’on croit les propos de Zakari Haddouch et ses camarades qui voulaient la qualif’ et comptaient «tout faire pour l’avoir». Ça, c’était pour les journaux.
Sur le rectangle vert, c’était une autre réalité. Une autre histoire car les Algérois n’ont jamais pu exister durant cette manche ‘’retour’’ que leurs hôtes ont totalement maîtrisée sans être vraiment inquiétés. Les Mouloudéens, comme leurs voisins de l’USM Alger surclassés sur les mêmes terres le 20 novembre écoulé et dans la même compétition, n’ont fait que constater les dégâts voyant filer le billet pour de le dernier carré.
Adel Amrouche, l’entraîneur en chef désormais très contesté et menacé par l’éviction, avait son avis sur le match. «Je pense que nous avons commis aujourd’hui des erreurs inexplicables et inadmissibles à ce niveau de la compétition. Ce n’est pas de cette manière qu’on pouvait se qualifier. Nous avons essayé de rectifier le tir en seconde période, mais la chance nous a tourné le dos et on a raté des occasions », a analysé le successeur de Bernard Casoni.

Trois fronts et zéro distinction
Cette nouvelle désillusion ne risque pas d’arranger la relation entre les supporters et les dirigeants. Kamel Kaci-Saïd, manager général de la SSPA/MCA, pourrait en faire les frais prochainement tout comme le driver Amrouche. Ce dernier, préfère se projeter et voir son avenir sur le banc du pôle d’Alger en dépit des mauvais résultats (1 seul succès lors des 6 dernières sorties) que le club enregistre sous sa houlette. « Certes, cette élimination est amère, mais il faut maintenant se remobiliser en mettant le cap sur le reste du Championnat », a indiqué l’ancien sélectionneur du Kenya et de la Libye.
Sauf qu’en championnat, il ne reste pas grand-chose à jouer puisque le sacre est presque acquis pour l’USM Alger qui caracole en tête du classement avec 45 unités. Soit 13 de plus que la moisson récoltée par Mehdi Benaldjia & cie qui pointent à la porte du podium qu’ouvre le Paradou AC (36 unités) suivi de la JS Kabylie (2e, 37 points). Mis à part le « top 3 » qui est à 4 longueurs et une éventuelle place pour disputer une épreuve africaine, il n’y a plus aucune motivation pour le sigle huit fois vainqueur de la Coupe d’Algérie de laquelle, il faut le rappeler, il a été sorti dès les huitièmes de finale par le NA Hussein-Dey.
Engagé sur trois fronts, le team de la capitale, qui compte deux matchs en retard à jouer en Ligue 1 Mobilis, tablait énormément sur ce tournoi régional pour retrouver quelques assurances et consoler ses fans qui s’impatientent. Une mise perdue et le doute qui perdure. La suite de la saison risque d’être longue. Un supplice pour les milliers d’inconditionnels à travers le territoire national. Les saisons se suivent et se ressemblent pour le MC Alger.