L’ex-ministre du Commerce, décédé mercredi dernier des suites d’une longue maladie, a été inhumé hier au cimetière de Chéraga, à Alger. Le défunt a été accompagné à sa dernière demeure par un important cortège funèbre formé d’anciens ministres, de ministres actuellement en poste et de nombreux citoyens venus faire honneur à un homme estimé de tous.

Parmi les présents, des hommes politiques, des représentants de partis et de hauts représentants de l’Etat. Au plus haut niveau de la hiérarchie, on note la présence du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et du président de l’APN, Larbi Ould Khelifa. On pouvait également distinguer parmi la foule le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, le président du parti El Moustakbel, Belaïd Abdelaziz, et le représentant du Parti des travailleurs, Djelloul Djoudi. Hormis l’absence du Premier ministre Sellal, actuellement en visite officielle au Congo, la majorité des autres membres de l’Exécutif était présente à l’enterrement, sous une pluie battante et un froid glacial, parmi lesquels le ministre de l’Intérieur, Mohamed Bedoui, les ministres des Transports, Boudjema Talai, des Travaux publics Abdelkader Ouali, de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi. On peut également signaler la présence des membres des associations patronales, à l’image du FCE et de la CAP.
Cette dernière était représentée par son président Aït Abdelaziz alors que le FCE était représenté par Mohamed Laïb Benamor. Parmi les anciens ministres et cadres du RND, qui ont salué une dernière fois le défunt, on souligne l’ex-ministre Yahia Guidoum, dont il dira qu’il « était un homme tenace et de conviction », et l’ancien ministre de l’Education Aboubaker Benbouzid. Emu, l’ancien ministre de la Culture et ambassadeur Tidjani Salaoundji, très affecté par la disparition de son ancien collègue au sein du gouvernement entre 1996 et 1999, témoigne qu’« il était un grand commis de l’Etat ». L’autre hommage adressé au défunt est celui du chef de l’Etat qui, dans un message de condoléances à la famille de feu Bakhti Belaïb, a salué son « dévouement pour la prospérité et le progrès de son pays ».
Bakhti Belaïb, né le 22 août 1953 à Theniet El-Had (Tissemsilt), avait occupé plusieurs postes de responsabilité au sein du ministère du Commerce avant d’être nommé ministre de ce département en septembre 1996 jusqu’à décembre 1999. Il a été nommé à la tête de ce ministère, une seconde fois, le 25 juillet 2015 jusqu’au 18 janvier quand le président de la République Abdelaziz  Bouteflika a chargé Abdelmadjid Tebboune  ministre de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Ville d’assurer l’intérim de Bakhti Belaïb qui suivait un traitement médical.