Suite aux derniers développements survenus dans le long conflit qui oppose les enseignants affiliés au Cnapeste à la direction de l’éducation, et qui se sont traduits par deux marches organisées, successivement, par les enseignants grévistes, action suivie par la marche des élèves et de leurs parents, les événements semblent s’accélérer depuis un peu plus de quarante-huit heures.

 

Lundi dernier, au lendemain de la marche à laquelle ont appelé la fédération des associations de parents d’élèves et un collectif de lycéens et collégiens, des informations font état de l’envoi d’une commission par le ministère de l’Education nationale pour enquêter sur le conflit qui oppose le syndicat à l’académie de Tizi-Ouzou. Le lendemain, c’est-à-dire avant-hier, mardi, c’est le bureau national du Cnapeste qui a été invité à une réunion au siège du ministère, avec comme ordre du jour, les revendications posées par ce syndicat, dont les adhérents des wilayas de Blida et Tizi Ouzou sont en grève. Hier, mercredi, les coordinateurs des cellules du Cnapeste de la wilaya de Tizi-Ouzou ont été appelés à un conseil de wilaya.
L’ordre du jour « proposé » porte sur un « compte-rendu des activités du bureau de wilaya et l’évaluation de la grève et des suites à donner au mouvement », lit-on sur le site-blog du Cnapeste. Une rencontre qui n’a débouché sur aucune avancée palpable quant au conflit qui oppose le syndicat à la direction de tutelle. « La décision a été prise de poursuivre la grève », nous dira M. Ouaked, secrétaire général pour la wilaya de Tizi Ouzou du Cnapeste, dont la décision de mettre fin ou de prolonger le conflit après les vacances de d’hiver dépendra des conclusions de la commission d’enquête ministérielle. « Tout dépendra des résultats du travail de la commission d’enquête envoyée par Madame la ministre de l’Education nationale, qui poursuit ses investigations depuis lundi dernier », confie à Reporters M. Ouaked.