Un groupe de vétérinaires algériens de l’intérieur et de l’extérieur du pays ont initié, durant cette semaine, la création d’un réseau international formé des meilleurs praticiens de cette profession, dans l’objectif de la développer et de la promouvoir, a révélé l’un des promoteurs de cette initiative à partir de Tipasa.
«Cette initiative, lancée en coordination avec l’Espace vétérinaire algérien, vise à réunir les vétérinaires algériens résidant à l’étranger avec leurs confrères de l’intérieur du pays, dans un cadre organisé et associatif, en vue de promouvoir le développement de cette profession par les échanges et la coopération», a expliqué Dr. Saber Ouahid, spécialiste en ophtalmologie animale, dans une déclaration à l’APS en marge du Premier Congrès international de médecine vétérinaire en Algérie.
Il a ajouté que ce «réseau, dont la création a été annoncée lors de ce congrès, vise l’exploitation et la valorisation des compétences algériennes en médecine vétérinaire», observant que la France compte à elle seule, une cinquantaine de vétérinaires algériens.Les initiateurs de ce réseau visent principalement la formation continue et le transfert des développements en cours en matière de médecine vétérinaire, à l’échelle mondiale, au profit des vétérinaires en Algérie, à travers la signature d’accords de coopération avec des centres de recherche scientifique et des universités étrangères, parallèlement à l’organisation de forums scientifiques et de rencontres académiques dans le but de préserver la ressource animale et de renforcer les dispositifs de lutte contre les maladies transmissibles par les animaux en Algérie.
Les fondateurs de ce réseau ont, également, convenu d’une gestion commune de ce réseau. Le Dr Saber Ouahid, résidant en France, a été désigné comme coordinateur du réseau pour les activités se déroulant à l’étranger, tandis que le Dr Mekideche Noureddine assurera la coordination des activités nationales. Une fois son agrément officiel obtenu, ce réseau des médecins vétérinaires algériens ambitionne de présenter un projet de cartographie nationale des animaux, que Dr. Mekideche a qualifié de «très important» pour la protection et la préservation de la ressource animale. Il s’agit, a-t-il expliqué, de l’introduction auprès des autorités publiques, d’une proposition portant création d’une instance nationale chargée du recensement et du traçage des animaux locaux et d’importation, depuis leur naissance, et de transcrire leurs parcours et toutes leurs maladies éventuelles sur une fiche technique ou un carnet sanitaire, accessible, via une plateforme numérique, à tous les vétérinaires, et autres points de contrôle, marchés et abattoirs.
A noter, l’organisation à Tipasa du Premier Congrès international de médecine vétérinaire, du 19 au 24 septembre courant, à l’initiative de l’Espace vétérinaire algérien, sous le patronage de la Chambre nationale d’agriculture. Cette manifestation coïncide avec l’organisation de la 15e édition de l’Espace vétérinaire algérien et du premier Salon algérien du monde animal, dans l’objectif de s’informer sur les nouveautés en cours dans le domaine vétérinaire et de profiter des expériences des pays développés en la matière. Le programme de ce congrès a englobé l’animation de 15 conférences et l’organisation de 24 workshops au profit des vétérinaires, avec un encadrement assuré par des spécialistes étrangers.
Un nombre record d’étudiants ont participé à ce congrès, aux cotés de pas moins de 700 médecins vétérinaires et représentants d’associations et d’organismes de 20 pays arabes et d’autres pays du monde, dont la Libye, en tant qu’invitée d’honneur, la Syrie, l’Irak, les Emirats arabes unis, le Koweït, la Tunisie et le Soudan, outre les Etats-Unis d’Amérique, le Portugal, la France, la Belgique et le Luxembourg. <