C’est, ni plus ni moins, le leader du championnat de France qui l’a sur ses tablettes. Islam Slimani devrait, sauf mauvaise surprise, porter les couleurs de l’Olympique lyonnais lors de la seconde moitié de saison. En effet, un contrat de 18 mois attend l’avant-centre algérien chez les Rhodaniens. Un bail à parapher juste après la finalisation du départ de Moussa Dembélé vers l’Atlético Madrid. Jeu de chaises musicales.

Tout va bon train pour qu’il retrouve la Ligue 1 française qu’il a quittée au terme de l’exercice écoulé après avoir laissé une forte impression lors de la sa pige de quelques mois chez l’AS Monaco. Avec le club de la Principauté, le fer de lance a marqué 9 buts et distillé 8 passes décisives en 19 apparitions. Un passage remarquable qui ne lui a, toutefois, pas permis de rester surle Rocher car les dirigeants cherchaient à rajeunir le club. A 32 ans, son option d’achat n’a pas été levée l’obligeant à retourner en Angleterre et Leicester City avec lequel il est lié jusqu’à juin prochain. La première moitié de saison avec les « Foxes » était un véritable cauchemar pour lui avec une seule apparition en équipe première même si Brandon Rodgers avait assuré qu’il comptait sur lui. A part les 19 minutes qu’il a eues contre Aston Villa le 18 octobre dernier, il ne jouera aucune autre minute avec les seniors et se contentera de jouer deux matchs avec la réserve compilant 173 minutes pour… 0 but.

Islam « aime être dos au mur »
Ce passage compliqué rappelle son prêt à Fenerbahçe (Turquie) qui s’est très mal passé avec une deuxième partie de l’exercice 2018-2019 durant laquelle il a été mis au placard par son entraîneur. Ce traitement l’avait considérablement forgé pour revenir aux devants de la scène footballistique dans la foulée puisqu’il a été prêté à l’AS Monaco à la reprise pour le rendement que tout le monde connaît. Avec son retour en France, il aura une réputation à défendre et une efficacité à confirmer. Pour cela, il faudra qu’il soit bon sur le plan athlétique. Sachant qu’il n’a pas beaucoup de matchs dans les jambes, ça sera une arme à double tranchant. Il aura un déficit à rattraper mais il peut aussi être frais pour bien terminer la saison ayant joué 50% mois de rencontres que ses coéquipiers. « Je connais Slimani. Je peux vous dire que c’est quelqu’un qui se nourrit des situations difficiles. C’est le type de joueurs qui aiment être dos au mur. Il a un esprit de revanche », a indiqué Bob Tahri, préparateur physique dans le sport de haut niveau qui a travaillé avec Leonardo Jardim à l’AS Monaco. Le bémol reste de savoir comment son corps réagira même si mentalement le deuxième meilleur buteur de l’histoire de l’EN a toujours montré une force incroyable.

Durée de contrat : désaccord sur la forme
En attendant, son arrivée chez les « Gones » doit être finalisée. Et elle reste tributaire du départ de Dembélé vers l’Atlético. « Slimani, c’est un joueur qu’on apprécie beaucoup, mais ça fait partie des possibilités, il n’y a pas que lui. A la moitié de la saison, ce n’est pas toujours facile de trouver un attaquant pour jouer six mois ou un an et demi, ça coûte cher. On regarde d’autres joueurs, on avait parlé avec lui au début de la saison, on avait presque trouvé un accord, il a envie de venir, de porter notre maillot mais il n’y a rien de fait. On discute », a lâché Juninho sur l’éventuelle arrivée du Fennec. Le Brésilien parle de « jouer six mois ou un an et demi ». Et ce n’est pas anodin puisque l’OL lui aurait proposé de signer pour 6 mois avec une année supplémentaire en option mais l’ancien sociétaire du CR Belouizdad veut s’engager directement pour 18 mois afin d’assurer une certaine stabilité. C’est le seul détail qui reste à régler d’une collaboration qui a de fortes chances d’être actée.n