Ni anniversaire ni commémoration, mais plutôt un repère. Cette date du 17 novembre 2019 restera liée à l’annonce de la découverte du premier cas atteint par le nouveau coronavirus -devenu après la Covid-19, à Wuhan (Chine), et ainsi le début d’une nouvelle ère. C’est que, dorénavant, il y a un avant et un après. Le monde a changé et continue sa «mutation». Peu de personnes oseront dire le contraire, tellement de choses se sont passées dans le monde à cause de cette pandémie qui a ravagé presque tous les pays et qui frappe encore à ce jour.
Devant l’ampleur de la propagation, l’Algérie ne pouvait pas être épargnée par la Covid-19. Touché, quelques mois après la découverte du virus, le pays, à l’instar des autres, n’arrive toujours pas à se sortir de cette crise sanitaire tentaculaire. Le choc était d’autant plus fort qu’en parallèle, il y avait le Hirak déclenché en février de l’année dernière. Le mouvement populaire avait déjà totalement chamboulé le pays et tout était à refaire, à remettre en place, à changer.
En moins de deux ans, les Algériens se sont retrouvés à vivre au rythme des soubresauts du Hirak et de la pandémie, qui ont bouleversé la vie de tout le monde. L’une des premières leçons de la Covid-19 reste indéniablement l’importance que devait, et que devrait, avoir le secteur de la santé dans l’existence même de l’Etat. Tout le monde aura donc payé, de près ou de loin, les dysfonctionnements d’un système sanitaire national, négligé et abandonné depuis des lustres. Le réveil est des plus douloureux. Les milliers de morts recensés, dont la liste, malheureusement, continue à s’allonger, ne constituent pas uniquement un bilan macabre. C’est également, et surtout, autant de familles déstabilisées et, parfois, anéanties. L’aspect social n’est pas à négliger, loin de là. A cela, il faut ajouter l’impact des confinements instaurés depuis plusieurs mois, avec en parallèle, la crise économique qui n’a pas encore dévoilé tous ses effets négatifs.
Avec la recrudescence des cas contaminés constatée en Algérie, et ailleurs, rien n’indique qu’il va y avoir, à court terme, une amélioration de la situation. Les perspectives ne sont pas rassurantes. La mutation en gestation, causée par la Covid-19, est en train de tout emporter sur son passage.