Kiev est samedi matin sous les tirs de missiles russes et des combats se déroulent dans la ville, où le président ukrainien appelle les siens à la lutte contre les troupes de Moscou et assure que des armes occidentales sont en route.

Au troisième jour du lancement d’une invasion par le président russe Vladimir Poutine, des combats opposant les forces russes et ukrainiennes ont lieu sur l’avenue de la Victoire, une des artères principales de Kiev, quelques heures après un dramatique appel à la mobilisation lancé par Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien a assuré qu'”armes et équipements de (ses) partenaires sont en route pour l’Ukraine”, évoquant une “coalition antiguerre (qui) fonctionne” après une conversation avec son homologue français Emmanuel Macron.

Ce dernier a jugé que “cette guerre durera”. “A Kiev, de violents combats se poursuivent. L’armée ukrainienne repousse des saboteurs russes”, a indiqué samedi, vers 03H30 GMT, le Service ukrainien des communications spéciales.

Des tirs d’artillerie et de missiles résonnent de manière sporadique dans le nord-ouest de Kiev, selon des journalistes de l’AFP sur place. Un haut immeuble résidentiel de la capitale a été touché par un tir de missile, d’après les autorités ukrainiennes, qui n’ont pas donné de bilan dans l’immédiat. Les forces ukrainiennes ont aussi fait état de “violents” combats à 30 km au sud-ouest de la capitale, où les Russes “essayent de faire débarquer des parachutistes”.

La population a été appelée à prendre les armes par Volodymyr Zelensky, qui a juré qu’il restera dans la capitale. Sur Facebook, l’armée de terre ukrainienne a dit avoir détruit une colonne de cinq véhicules militaires russes, dont un char, sur l’avenue de la Victoire.

Dans la nuit, les autorités ont fait état d’une attaque russe contre une centrale électrique du quartier de Troieshchyna, au nord-est de Kiev.

Le ministère russe de la Défense n’a pour sa part évoqué aucune offensive sur Kiev, faisant état uniquement de tirs de missiles de croisière sur des infrastructures militaires, d’avancées dans l’Est, où l’armée appuie les séparatistes des territoires de Donetsk et Lougansk, et dans le sud ukrainien, où les forces russes sont entrées lundi depuis la péninsule de Crimée, annexée en 2014.

Sur la route entre Kramatorsk et Dnipro, deux villes de l’est de l’Ukraine, des journalistes de l’AFP ont constaté la présence de très nombreux convois militaires ukrainiens. Des check-points militaires ont été instaurés aux entrées et sorties de chaque grande ville dans cette zone. La sirène d’alerte anti-aérienne a aussi résonné à l’aube à Kharkiv, une grande ville de l’est proche de la frontière russe.

Veto russe à l’ONU

Quelque 100.000 personnes ont déjà été déplacées et 50.000 ont quitté l’Ukraine, selon l’ONU, en direction des frontières de l’Union européenne –notamment en Pologne, Hongrie et Roumanie.

Sur le front diplomatique, sans surprise, la Russie a mis vendredi son veto au Conseil de sécurité à une résolution déplorant son “agression”, texte pourtant soutenu par une majorité de pays.

Cela prouve que “le monde est avec nous, que la vérité est avec nous, que la victoire sera nôtre!”, a tweeté le président ukrainien après ce vote, alors que des manifestations de soutien à l’Ukraine ont eu lieu un peu partout dans le monde. Vladimir Poutine paraît résolu à poursuivre son offensive, jusqu’à obtenir un changement de régime en Ukraine et à déloger du pouvoir à Kiev ceux qu’il qualifie de “drogués” et “néonazis”.

Il a aussi appelé les militaires ukrainiens à retourner leurs armes contre le gouvernement. “Il me semble qu’il sera plus facile de négocier entre vous et moi”, a-t-il dit. Vendredi, à Kiev, dans le quartier d’Obolon, l’AFP a vu un civil tué sur un trottoir et des ambulanciers en secourir un autre, prisonnier de la carcasse d’une voiture écrasée par un blindé.

“Ils ont distribué les fusils, les ont chargés pour nous et nous voilà”, dit Iouri Kortchemniï qui n’avait jamais tenu une arme de sa vie avant de rejoindre un bataillon de civils prêts à défendre Kiev pied à pied face à l’ennemi russe.

Après la fuite de nombreuses personnes jeudi, le centre de Kiev, une métropole qui compte en temps normal quelque trois millions d’habitants et dorénavant sous couvre-feu, ressemblait à une ville-fantôme.

L’Otan, dont les dirigeants se sont retrouvés vendredi en visioconférence, a répété ces derniers jours qu’elle n’enverrait pas de troupes dans ce pays. Joe Biden a en revanche prévenu qu’aucun “pouce de territoire de l’Otan” ne serait cédé et le Pentagone dépêchera quelque 7.000 hommes de plus en Allemagne.

Sanctions contre Poutine

Pour l’instant, le camp occidental, qui cherche l’isolement de la Russie, se concentre sur le durcissement des sanctions contre la Russie après avoir restreint son accès aux marchés financiers et aux technologies.

Les Occidentaux, Washington en tête, ont franchi un nouveau palier vendredi en imposant, fait rare et symbolique, des sanctions à Vladimir Poutine lui-même et à son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

L’offensive russe a commencé jeudi à l’aube, après la reconnaissance lundi soir par Vladimir Poutine de l’indépendance des territoires séparatistes ukrainiens du Donbass, parrainés par Moscou depuis 2014. Le maître du Kremlin a pris pour prétexte un prétendu “génocide” orchestré par Kiev dans ces “républiques”, dénonçant de plus la politique “agressive” de l’Otan.