Par Sihem Bounabi
Le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) Salim Labatcha a déclaré, hier, qu’il «a choisi le langage du dialogue et de la prudence pour défendre les droits des travailleurs, au lieu d’aller au langage de la grève. Ce qui peut avoir des répercussions négatives sur les travailleurs, telles que des retenues sur salaire et des licenciements «Expliquant que» si la grève est un droit constitutionnel, le dialogue demeure la solution adéquate pour régler les différents problèmes pouvant surgir, notamment dans le monde du travail». Ainsi après une éclipse qui a duré un bon moment et dans des contextes marqués par un bouillonnement social et des mouvements de protestations des syndicats autonomes, dont la récente grève nationale des travailleurs du secteur public, afin de dénoncer l’insuffisance des mesures prises par le gouvernement concernant le point indiciaire, l’UGTA se place ainsi à contre-courant et salue les mesures prises par le président de la République en faveur des travailleurs, notamment celles liées aux revalorisations des salaires. Affirmant que «beaucoup de décisions ont été prises par les pouvoirs publics, en dépit de la conjoncture économique engendrée par la situation sanitaire liée à la Covid-19», ajoutant en toute confiance, que» nous avons travaillé pour améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs et nous pouvons dire aujourd’hui que nous avons réussi grandement malgré certaines insuffisances». Toutefois, concernant le point indiciaire, il a avoué que suite aux différentes réunions avec les représentants de la base, les travailleurs ont exprimé leur insatisfaction à ce sujet et cela a été traduit par un communiqué de l’UGTA et des consultations avec les pouvoirs publics pour améliorer la situation. S’exprimant à l’occasion d’une rencontre avec les cadres syndicaux des fédérations pour faire le bilan des activités de l’UGTA depuis le congrès de 2019, le secrétaire général de l’organisation syndicale a affirmé : «On est venu pour donner un nouveau souffle à l’UGTA et de nouvelles méthodes pour ancrer la démocratie au sein de l’union. Aujourd’hui, on peut dire que nous avons tenu nos promesses». Ajoutant qu’»aujourd’hui, les membres de l’UGTA travaillent main dans la main pour défendre les droits des travailleurs». <