Cela fait un peu moins d’un an que ces deux-là se sont croisés. La Juventus Turin et le Real Madrid avait animé la finale de la Ligue des Champions UEFA 2017 à Cardiff (Pays de Galles). Le score était net et sans appel en faveur des Espagnols vainqueurs 4 buts à 1 signant un 12e couronnement. Cette saison, les deux géants européens se retrouvent à un stade prématuré : celui des quarts de finale. Ça sera un match couperet à une différence près : il se jouera en deux manches dont une première à Turin ce soir. Un choc venu éclipser le deuxième match entre le FC Séville et le Bayern Munich en Andalousie.

Gianluigi Buffon, le gardien mythique de la « Vieille Dame » se souvient toujours de cette défaite en finale qui a coûté le sacre à son équipe. « Nous sommes arrivés à Cardiff avec beaucoup de confiance, peut-être trop, et c’était peut-être notre première erreur et la plus grave que nous ayons commise lors de cette finale, a confié Buffon à As. Cependant, je ne me reproche rien : celui qui s’est révélé le plus fort sur le terrain a mérité de gagner. J’espère que la Juventus va trouver les armes pour équilibrer davantage le match cette fois», reconnaît le capitaine de l’actuel leader de la «Serie A ». Pour «Gigi», la leçon a été retenue. Cette fois, il place les Madrilènes comme favoris pour décrocher le ticket en demies. Histoire de ne pas se mettre trop de pression. « Le Real Madrid est une meilleure équipe que la Juve. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’histoire, le palmarès, les chiffres qui le disent. Et face à cela, remporter la Ligue des champions reste un rêve très difficile à réaliser. On peut concurrencer le Real Madrid, mais ils ont montré tout au long de leur histoire et au cours des dernières années qu’ils avaient quelque chose de spécial, différent », prévient le dernier rempart Bianconero.
Pas le même Real
Cependant, le « Real » ne présente pas les mêmes certitudes que celles de l’an passé. Hors course de toutes les compétitions locales (Liga et Copa Del Rey), les Espagnols n’ont que la C1 pour essayer de sauver l’exercice footballistique. Une campagne 2017-2018 qu’ils ont, pourtant, remarquablement bien débutée avec les sacres en Supercoupe d’Espagne contre le FC Barcelone, Supercoupe UEFA au détriment de Manchester United ainsi que la Coupe du Monde des clubs Fifa à la mi-saison. C’est une « Maison Blanche » qui risque de broyer du noir en cas d’élimination à ce niveau du tournoi.
Chose qui n’est plus arrivée depuis l’opus 2009-2010. Pour rappel, l’Olympique Lyonnais avait sorti les poulains de Manuel Pellegrini coach en cette période. Depuis, les « Los Blancos » ont toujours figuré dans le carré d’as du tournoi disputant trois finales qu’ils ont toutes remportées. Ainsi, ils ont porté leur total « consécrations » à douze dont deux sous la coupe de Zinedine Zidane. C’est le record absolu en la matière.
Les coéquipiers de Sergio Ramos, de retour de blessure, rêvent d’aligner un troisième triomphe de suite. Ce qui sera un exploit gigantesque jamais réalisé. Ce soir, contre les « Juventini », le double champion d’Europe sortant aura une adversité de qualité. En face, il y a des Italiens qui reviennent en forme depuis le début de l’année 2018. En championnat, ils ont remporté 10 de leurs 11 dernières sorties pour reprendre les commandes du « Calcio » au Naples SSC. En C1, ils ont sorti, contre toute attente, la redoutable formation de Tottenham Hotspurs après avoir été tenus en échec au Juventus Stadium à l’aller (2/2). Higuain et Dybala, qui sera à surveiller ce soir, ont permis à la « Juve » de s’imposer 2 buts à 1 à Londres. Redoutables ces Transalpins !
Le même CR7
Les joueurs de talent, il y en aura ce soir. Mais il y en a un qui captivera tous les regards. Quand on dit « Real Madrid », on pense certainement à Cristiano Ronaldo. Surtout quand on parle de la Ligue des Champions puisqu’il est et le buteur historique du club (443 pions en 429 rencontres) et celui de la LDC avec un total de 117 buts.
Le Portugais est le joueur le plus décisif dans la phase à élimination directe avec 57 réalisations. Aussi, il avait inscrit un doublé lors de la dernière confrontation en terres galloises entre les protagonistes du jour. Bien qu’il ait commencé poussivement la séquence 2017-2018, le «goleador» affole les compteurs depuis deux mois (20 réalisations lors des 18 dernières apparitions). Laissé au repos samedi contre Las Palmas (victoire 3 buts à 0), le quintuple Ballon d‘Or est attendu ce soir pour montrer la voie aux siens contre une défense très solide qui n’a craqué que quatre fois (3 buts concédés en C1 et un seul en Serie A) en 13 rencontres depuis le début de l’année civile. Ça sera le feu face au fer!
Séville – Bayern : l’Andalousie en danger
Ce soir, au même moment, dans la péninsule Ibérique, il y aura un autre quart de finale qu’animeront le FC Séville et le Bayern Munich. Les Sévillans joueront devant leur public face à des Allemands qui partent favoris grâce à leurs traditions dans cette épreuve prestigieuse. Méfiance, toutefois, puisque les Andalous ont sorti les Anglais de Manchester United lors du tour précédent. En outre, ils ont failli infliger la première défaite de la saison au FC Barcelone samedi dernier (2/2) si ce n’était le but salvateur de Lionel Messi dans les dernières minutes de la partie.
Si la formation d’Andalousie a frôlé l’exploit en Liga, les Bavarois ont réalisé un véritable carton en Bundesliga. La victime n’était pas des moindres puisqu’il s’agit du Borussia Dortmund qui a été corrigé 6 buts à 0. Néanmoins, les Bavarois ne sont pas aussi injouables que ça puisqu’ils ont été défaits par le RB Leipzig (2/1) le 18 mars dernier. Le team de la Bavière est solide mais reste prenable. Surtout si les « Blanquirrojos » rendent la même copie que celle face aux Mancuniens en huitièmes à Old Trafford. Les Munichois favoris ? Oui mais sous certains réserves car le football n’obéit qu’à la réalité du terrain.

Programme de la soirée européenne à partir de 19h45:
Juventus Turin – Real Madrid
FC Séville – Bayern Munich