Ce soir, les quarts de finale
« aller » de la Ligue des Champions UEFA se poursuivent. Les yeux seront braqués sur le l’Allianz Arena où se tiendra le choc entre le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain. Pour ce remake de la finale de l’édition écoulée, on recense des absences importantes de part et d’autre. On notera celle de Robert Lewandowski, le buteur bavarois, et Marco Verratti côté parisien. Des défections qui peuvent déséquilibrer ce duel.

Par Mohamed Touileb
Le 23 août dernier, le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain disputaient la finale de Ligue des Champions UEFA à l’Estadio de la Luz (Portugal). L’explication a tourné en faveur des Allemands avec un seul but signé Kingsley Coman pour offrir la 6e couronne européenne aux Munichois. Pour ce soir, l’enjeu sera juste un ticket pour les demies. Mais la rencontre garde son aspect couperet. Pour nombreux observateurs, les Bavarois ont les faveurs des pronostics compte tenu de leur aura européenne mais aussi les performances récentes en compétition domestique. Dans le challenge national, les sextuples champions d’Europe se dirigent tout droit vers leur 9e consécration d’affilée. Les poulains de Flick restent sur une série de 7 succès d’affilée toutes épreuces réunies et une autre de 20 matchs sans aucun revers en C1 (18 succès et 2 nuls).
Le PSG sans véritables certitudes
Parallèlement, les Parisiens connaissent moins de réussite avec des résultats loin de leurs standards et maîtrise habituels dans le championnat français. D’ailleurs, ils ne sont que deuxièmes dans la hiérarchie où le Lille OSC, qui les a battus ce week-end 1 but à 0, domine les débats. le team de la capitale française sent aussi le souffle de l’AS Monaco, 3e avec une unité de retard seulement. L’arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc à la place de Thomas Tuchel, qui a emmené le PSG pour sa première finale en LDC l’été écoulé, ne semble pas avoir provoqué le déclic. Cependant, il reste ce match référence livré par les Français au Camp Nou contre le FC Barcelone le 16 février dernier et le carton 4 buts à 1. Une explication qui a montré que Kylian Mbappé & cie sont capables du meilleur comme du pire. La preuve avec le second acte au Parc des Princes où les flottements étaient nombreux contre un Barça qui a mis à mal le dispositif de l’entraîneur argentin. Pour cet affrontement germano-français, il y a le retour de Neymar, absent lors des huitièmes. Expulsé samedi contre le LOSC, le Brésilien devra se racheter et faire oublier ses déboires disciplinaires. Cela passera par une bonne prestation en Allemagne. Dans l’entre-jeu, il manquera Verratti forfait car contaminé au Coronavirus tout comme l’arrière-droit Alessandro Florenzi.
La vie sans « Lewangoalski »
A l’instar du finaliste malheureux, le tenant du titre devra composer sans le goleador Robert Lewandoswski. Le Polonais s’était blessé à un ligament du genou avec sa sélection lors de la date FIFA de mars. Il est out pour 4 semaines. Un contretemps qui vient stopper la machine à marquer et, fort logiquement, diminuer la force de frappe du leader de Bundesliga.
Surtout quand on sait que l’ancien sociétaire du Borussia Dortmund est impliqué dans 25 buts (20 réalisations et cinq passes décisives) en 16 matches européens depuis le début de la saison dernière. Sur ce plan, aucun autre joueur n’a fait mieux que le 3e meilleur buteur (73) dans l’histoire de la coupe aux grandes oreilles derrière les intouchables Cristiano Ronaldo (135) et Lionel Messi (120). In fine, notons qu’il y aura un autre match de la soirée. Il s’agit de FC Porto – Chelsea. Tombeurs surprises de la Juventus Turin de CR7, les Portugais seront confrontés à des Anglais métamorphosés depuis l’arrivée du Tuchel sur le banc. n