Vendredi 25 novembre 2022, les ministres de l’Intérieur des pays de l’Union européenne (UE) vont à nouveau se pencher sur le dossier de l’immigration. Ils vont discuter de l’application d’un «plan de solidarité» présenté hier lundi par la Commission européenne. Ce plan en 20 points vise la relocalisation de 8.000 demandeurs d’asile sur une année.

Par Kahina Terki
Ce plan qui intervient quelques jours après la crise politique et diplomatique qui a éclaté entre l’Italie et la France après le refus de Rome d’accepter de recevoir le bateau humanitaire de migrants, l’Ocean Viking qui a dû accoster au port militaire de Toulon, sera discuté lors d’une réunion extraordinaire. Le contexte est la réforme du système migratoire de l’UE, qui piétine depuis deux ans.
En juin, une douzaine de pays européens s’étaient engagés à accueillir sur un an 8.000 demandeurs d’asile arrivés dans des pays méditerranéens, mais seule une centaine de relocalisations ont eu lieu jusqu’à présent. «Nous devons accélérer la cadence», a déclaré la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson en présentant son plan lundi. Elle a aussi appelé à la mise en oeuvre de «mesures alternatives de solidarité». Certains pays européens s’étaient engagés, à défaut d’accueillir des candidats à l’asile, à apporter une aide, notamment financière, aux pays de première arrivée.
Mme Johansson a souligné que la route de Méditerranée centrale était celle qui connaissait le plus d’arrivées irrégulières (90.000 cette année, une hausse de plus de 50% par rapport à l’année dernière) et l’une des plus dangereuses. «Une grosse majorité de personnes qui arrivent par cette route aujourd’hui n’ont pas besoin d’une protection internationale», a-t-elle précisé.
«Les migrants arrivant via la Libye viennent principalement d’Egypte, de Tunisie et du Bangladesh», a poursuivi la commissaire suédoise, qui s’est rendue au Bangladesh la semaine dernière pour convaincre les autorités de ce pays d’empêcher les «arrivées irrégulières dans l’UE» et de reprendre leurs ressortissants n’ayant pas obtenu l’asile, tout en évoquant la nécessité de «voies légales de migration».
La Commissaire européenne s’est par ailleurs félicitée d’une «bonne coopération avec le Niger qui a permis de faire baisser de façon significative les arrivées en provenance du sud du Sahara».
L’Italie a salué le plan d’action, notamment l’application du mécanisme de solidarité. Celui-ci «a produit jusqu’à présent des résultats tout à fait insuffisants», a toutefois commenté le ministre de l’Intérieur Matteo Piantedosi. Il a aussi souligné l’importance d’une «meilleure coordination des activités de sauvetage en mer (…) qui donne, comme l’Italie le réclame, un rôle aux Etats accordant leur pavillon» à un navire humanitaire.
Des navires battant pavillon français, norvégien ou allemand accostent régulièrement en Italie au grand dam des autorités de la péninsule qui réclament, sans succès, que les Etats dont ces navires battent pavillon prennent en charge les migrants. <