Plus de 130 ONG européennes organiseront le 1 er octobre prochain un sit-in devant le siège de l’Union européenne (UE) à Bruxelles, pour protester contre la répression mortelle des migrants aux frontières de l’Europe, dont notamment la répression des migrants subsahariens par la police marocaine en juin dernier à la frontière avec l’enclave espagnole de Melilla qui a fait au moins 30 morts.
Cette action qui sera placée sous le slogan «Droits ! Pas de morts !», visera également à exiger le respect des droits de l’Homme et la régularisation des personnes qui vivent et travaillent sur le continent européen», a indiqué un communiqué conjoint des ONG.
Selon les ONG, «plus de 50.000 personnes ont perdu la vie depuis 1993 aux frontières européennes», précisant que ce bilan «est la conséquence des politiques migratoires menées par l’UE et les gouvernements de ses Etats» Elles affirment, à ce sujet, que «l’absence de voies légales et sûres, les accords d’externalisation des frontières et la militarisation progressive des frontières font des victimes». En ce sens, elles ont rappelé la mort récente d’une jeune femme subsaharienne, abattue par la gendarmerie marocaine, alors qu’elle s’apprêtait à se rendre en bateau aux îles Canaries depuis la plage d’Akhfennir à Tarfaya (Maroc), ainsi que la mort d’au moins trente migrants africains en juin dernier suite à la répression sauvage de la police marocaine, alors qu’ils tentaient de franchir l’enclave espagnole de Melilla. Les organisations dénoncent, dans ce contexte, notamment «l’absence de protection institutionnelle et l’absence d’un cadre qui s’occupe de la dimension transnationale». Elles ont également critiqué la situation précaire des migrants qui parviennent à franchir les frontières, en travaillant et vivant de longues années sans papiers et sans droits» affirmant que «cette situation d’irrégularité favorise l’exploitation des migrants, l’invisibilité devant les institutions, l’absence de protection légale et l’exclusion des services publics tels que l’éducation et la santé».