Par Salim Benour
Les indépendantistes sahraouis prennent part à la réunion ministérielle des diplomaties de l’Union africaine (UA) et de l’Union européenne (UE) à Kigali au Rwanda, en préparation du 6e Sommet Europe-Afrique, attendu en février prochain à Bruxelles, après des reports dus à la pandémie. Mohamed Yeslem Beissat, chef de leur délégation et ambassadeur de la RASD en Afrique du Sud, a commenté cette participation comme la consécration de «la réalité nationale» sahraouie «qui ne peut être ignorée».
«La présence de la délégation parmi 83 pays participants, soit presque la moitié des pays membres de l’ONU, en plus du Royaume du Maroc, dans le cadre du respect de la loi, prouve que l’acceptation de l’Etat sahraoui en tant que réalité irréversible et facteur de stabilité et d’équilibre dans la région du Maghreb arabe est la seule issue pour le conflit Maroc-Sahara Occidental, sur la base de laquelle la communauté internationale doit focaliser ses efforts», a soutenu le diplomate sahraoui dans une déclaration à l’agence de presse APS.
La délégation sahraouie a eu l’opportunité de rencontrer les ministres et les chefs de délégations européens et africains, rappelle le diplomate sahraoui selon la même source, ajoutant que les rencontres ont porté sur deux thèmes, le premier concerne les efforts de l’ONU vis-à-vis de la question sahraouie et la prochaine réunion du Conseil de sécurité, alors que le deuxième porte sur l’Arrêt de la Cour de justice européenne (CJUE) concernant les accords d’association UE-Maroc incluant illégalement les territoires sahraouis occupés.
Le 29 septembre dernier, la CJUE avait annulé les deux accords de pêche et d’agriculture entre le Maroc et l’UE incluant les territoires sahraouis occupés, affirmant avoir été conclus en violation de la décision de la CJUE de 2016 et sans le consentement du peuple du Sahara Occidental. <