Quatre militaires tunisiens ont été tués par l’explosion d’une mine mercredi dans une zone montagneuse du centre de la Tunisie lors d’une opération antiterroriste, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de la Défense, Mohamed Zekri. «Les quatre militaires, qui faisaient partie d’une unité militaire chargée de mener une opération de ratissage au Mont Mghila pour la recherche d’éléments terroristes, ont été victimes de l’explosion d’une mine artisanale», a-t-il précisé. Cette mission «entre dans le cadre des opérations antiterroristes menées régulièrement par les forces militaires dans cette région», a ajouté M. Zekri. Le mont Mghila est situé dans les massifs montagneux frontaliers de l’Algérie, considérés comme la principale base arrière du maquis jihadiste dans cette zone. L’armée y pourchasse depuis 2012 des groupes armés. Ils abritent notamment des éléments de la phalange Okba Ibn Nafaa, une branche locale d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Ce groupe a notamment mené en 2014 l’attaque du mont Chaambi, pire attentat contre l’armée (15 soldats tués) et point de départ d’une série noire d’attentats meurtriers. Après la révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, en particulier dans les régions frontalières de l’Algérie et de la Libye. La situation sécuritaire s’est largement améliorée ces dernières années, mais des attaques récurrentes continuent à cibler les forces de sécurité. n