Noureddine Taboubi a été élu jeudi dernier nouveau secrétaire général de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) en remplacement de Houcine Abassi.

Débuté dans la nuit de mercredi à jeudi, au terme du 23e congrès, le vote de plus de 550 congressistes s’est poursuivi une partie de la journée. Il a donné lieu à l’élection des 13 membres du bureau exécutif –tous issus de la liste Taboubi–, parmi lesquels figure pour la première fois une femme, Naïma Hammami.
Un nouvel article stipule en outre qu’au moins deux femmes devront siéger dans chaque structure de l’UGTT. La désignation de Noureddine Taboubi, 67 ans, jusque-là secrétaire-adjoint en charge du règlement intérieur, a ensuite été confirmée dans un communiqué.
L’UGTT a été fondée en 1946 par le leader nationaliste Farhat Hached. En 2013, la Centrale syndicale a fortement contribué au sauvetage de la transition démocratique au sein d’un « dialogue national » mené par quatre organisations de la société civile. Ce quartette a été récompensé fin 2015 par le prix Nobel de la paix.