Le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, a promis que «la Tunisie aura un nouveau gouvernement au courant de la semaine prochaine», rapportent des sources médiatiques locales. S’exprimant, hier dimanche, devant la presse à Dar Dhiafa à Carthage, M. Jemli a indiqué «qu’il dévoilera sa position à propos des décisions officielles annoncées par les quatre partis (Ennahdha, le courant démocrate, Echaab et Tahyia Tounes) concernés par la formation d’une coalition gouvernementale, dans une conférence de presse qui se tiendra ultérieurement». Au sujet de la composition du gouvernement, il a fait savoir que «plusieurs scénarios ont été préparés concernant la composition du prochain gouvernement».
Des sources informées ayant assisté aux réunions des conseils nationaux du Courant démocrate et du mouvement Echaâb avaient déclaré, aux médias, que ces deux partis ont décidé de ne pas participer au gouvernement de Habib Jemli, après avoir assisté aux réunions de vendredi et samedi dernier, en présence du président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi et le président du parti Tahya Tounes.
Le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli a déclaré, samedi, que sa réunion avec les représentants des partis Ennahdha, le courant démocrate, Echaâb et Tahya Tounes, avait permis de progresser dans les concertations et de se mettre d’accord sur tous les points, signalant que «la composition du prochain gouvernement sera annoncée, probablement la semaine prochaine». Dans une déclaration de presse à l’issue d’une réunion de près de trois heures, M. Jemli a précisé que les quatre partis devaient consulter, dimanche, leurs structures avant de proposer des noms lundi prochain, lors d’une nouvelle réunion consacrée aux candidatures pour les postes ministériels.
Sur un autre plan, Il a ajouté que près de la moitié des membres du prochain gouvernement seront des indépendants, mettant en avant son droit de veto contre un candidat. n