Le justice tunisienne a ouvert une enquête contre le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, son allié Qalb Tounes et la formation Aïch Tounsi, pour une affaire de financement étranger de leurs campagnes électorales en 2019, a indiqué mercredi le Parquet à l’AFP . Le pôle judiciaire financier a ouvert le 14 juillet cette enquête sur « le financement étranger et l’acceptation de dons dont la source est inconnue lors de la campagne électorale de 2019 », a précisé le porte-parole du parquet Mohsen Dali. Les investigations concernent trois partis, Ennahdha, principal parti au Parlement, Qalb Tounes, fondé par l’homme d’affaires Nabil Karoui, et la petite formation Aïch Tounsi de la mécène Olfa Terras Rambourg, élue au Parlement en 2019, a indiqué M. Dali. Début octobre 2019, le pôle financier s’est saisi de plaintes déposées contre M. Karoui, Mme Terras et Ennahdha par la Cour des Comptes et par un parti d’opposition, le Courant démocrate. Ils sont accusés d’avoir perçu des financements venus de l’étranger ou de sources inconnues, ce qui est interdit par la loi tunisienne, pour leurs campagnes électorales lors des législatives de 2019. Cette annonce intervient trois jours après la suspension du Parlement durant 30 jours et le limogeage du Premier ministre Hichem Mechichi par le président Kais Saied qui s’est octroyé le pouvoir exécutif. Dimanche soir, M. Saied a notamment indiqué qu’il présiderait les services du procureur général « pour qu’ils agissent dans le cadre de la loi et qu’ils ne se taisent pas face à des crimes commis contre la Tunisie et dont les dossiers disparaissent ».